AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Viles créatures de la nuit...me voici :) [Ellie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elliot J. Berisford
[ ETERNAL ADMIN • ]
avatar

Nombre de messages : 582
Age : 28
GROUPE ? : HUNTER
EMPLOI ? : Ex gosse de riches.
HUMEUR ? : A cran.
Date d'inscription : 09/02/2008

IDENTITY CARD
Love ?: Faire chier Rain (a) & l'autre emmerdeuse blonde aussi...
Something to say about YOU ?:

MessageSujet: Viles créatures de la nuit...me voici :) [Ellie]   Lun 25 Fév - 22:30

    Old Printing Factory...cette pauvre imprimerie avait sans doute du avoir son heure de gloire. Elliot aimait pourtant cet endroit, il ressentait entre ces vieux murs austères un apaisement quasi total. Il avait pris l'habitude de venir se recueillir ici...c'était calme et paisible et puis généralement désert depuis qu'il avait chassé et tué le groupe de vampires qui avait élu domicile ici. Tout était devenu clair dans son esprit au sujet de ces monstres, bien que sa paranoïa s'emporta un peu à croire que même les SDF devaient être des démons et autres vermines à détruire. Non, il ne perdait pas la tête, il était juste un peu perturbé. Les évènements dataient d'un an, mais tout était encore clair et net, les images se bousculaient toujours dans sa tête, comme si tout ça datait d'hier. Il revoyait sans cesse dans son sommeil et dans ses songes Mike, rire, une bouteille de Vodka à la main, chanter des chansons paillarde tout en se croyant parfaitement invincible, pensant sans doute bêtement, que le monde lui appartenait et qu'il avait encore l'éternité devant lui. En y pensant, c'est vrai que désormais Mike, enfin plutôt Darwin avait l'éternité devant lui, mais il n'était plus le garçon qu'il avait connu, non il était devenu un monstre assoiffé de sang...celui qu'il avait considéré, presque la moitié de sa vie comme son propre frère était devenu une créature du mal. Cette pensée lui donna un léger haut le cœur et il se stoppa un instant, appuyant sa main contre le mur le plus proche, prenant une grande bouffée d'air "frais" enfin…plutôt mêlée aux résidus de poussière qui hantaient les lieux.
    S'il n'avait pas été si ignorant, il aurait pu faire tellement de choses. Et oui, ce n'était pas Mike qui avait été visé ce soir là, mais lui...lui le mec sobre.


    La jeune vampire était sortie de nulle part...elle n'avait rien d'un monstre, la vérité était tout autre, elle était en réalité d'une beauté troublante, elle s'était alors approchée d'Elliot se dandinant doucement contre lui pour laisser glisser ses bras autour de sa nuque et rapprocher ses lèvres rouge sang des siennes. Elliot avait tourné la tête lançant un "Je ne suis pas intéressé"...Fatal erreur ! Mike avait alors attrapé la jeune femme entre ses bras, lui montrant que contrairement à son ami, il était lui, totalement ouvert et conscient de ses charmes. Elle avait alors planté ses crocs dans la chair de son meilleur ami. Et tout ce qu'il avait fait à ce moment présent, avait été de rester sur place, à ne point réagir face à la situation, à se demander si c'était une blague. Mike avait alors posé sa main sur son cou tout en traitant la jeune créature de "Salope". Elliot avait même émit un léger rire, et tout en s'apprêtant à lâcher un "Bien fais pour toi" il c'était rendu compte un peu tard de la gravité de la situation...merde, la folle avait la bouche en sang ! Il avait voulu écarter doucement Mike de son emprise et à la place, il s'était juste pris une étonnante droite en pleine figure. Elle était incroyablement forte pour une jeune femme. La suite avait été trop rapide pour l'esprit engourdit d'Elliot, le sang avait giclé et son ami était finalement tombé sans vie contre le sol. Paniqué, il s'était traîné à même le sol, se cachant sous des branchages. Le pire était à venir, son ami qu'il pensait mort s'était alors redresser et semblait être totalement différent...tournant la tête, le cherchant certainement pour faire de lui son repas il avait remarqué ses crocs...le verdict était tombé, bien qu'il fut à l'époque dur à approuver...les vampires existaient vraiment.

    Elliot se pinça fortement la lèvre inférieure, se demandant si ces images disparaîtraient le jour où il réduirait à néant celle qui était responsable de tout ça...il avait déjà eu l'occasion de la revoir depuis, mais bien entendu, la vampire était loin d'être folle, elle faisait toujours en sorte d'avoir Darwin sous le bras...et oui c'est comme ça qu'elle aimait appeler Mike et Elliot, malgré toute la haine qu'il pouvait entretenir contre ces bestioles du mal ne pouvait se résigner à porter le coup fatal à celui qui avait été son meilleur ami.

    Un craquement de lattes se fit entendre. Le jeune Berisford quitta illico-presto ses sombres pensées pour tourner la tête en direction du bruit. Il était apparemment plus seul. Retenant sa respiration afin d'étudier complètement cet étrange bruit, il commença à s'élancer à pas de souris dans sa direction. Quittant le corridor pour se retrouver au milieu d'une large pièce d'impression, une fine silhouette se dessina dans l'ombre. Il s'agissait d'une femme...son regard ne le trompait jamais. Un flash éclaira la pièce et son regard se fit interrogateur. D'où venait ce flash ? Que faisait-elle ici ? Des question à lesquelles Elliot ne préférait pas prendre le temps de répondre, en effet si mademoiselle s'avérait être accompagnée de sa tribu, ça voulait dire que ça sentait le roussi pour lui. Alors sans réfléchir davantage, il s'élança en courant dans sa direction, tout en attrapant le pieu qu'il dissimulait contre son dos à l'aide de sa ceinture. Attrapant violemment la frêle épaule de la jeune femme, il la retourna en un éclair et la colla d'un geste brusque contre le premier mur qui se présentait. Un petit objet tomba au sol, lâchant un autre flash...un appareil photo ? Elliot ne pu une nouvelle fois, pas répondre puisque ce flash l'aveugla l'espace d'un instant. Ainsi contre la jeune femme qui se trouvait être bloquée par le mur, il leva son pieu, prêt à donner le coup fatal, heureux de pouvoir encore une fois détruire une sale vermine...et avec un peu de chance pourquoi pas détruire Luna...celle qui avait fait de Mike un monstre.
    Ses yeux s'accommodant, il arrêta son geste, et le souffle court se mit à hurler :


    "Ellie ?? Bon sang ! Mais qu'est-ce que tu trafiques ici ? Merde t'as vu l'heure qu'il est ? Ton père doit se faire un sang d'encre...t'es complètement inconsciente !"

    Ellie...son ex petite amie, la jolie blonde qui avait 7 ans de moins que lui mais qu'il avait pourtant aimé avec énormément de sincérité. Il avait débité ce flot de paroles sans parvenir à se contenir. Il était tellement surpris de voir la jeune femme ici...et oui tout deux ne s'étaient pas revu depuis "l'enterrement" de Mike, depuis qu'il lui avait dit qu'il avait besoin d'être seul et que leur couple ne rimait à rien...qu'elle serait davantage heureuse à fréquenter des garçons de son age. Il se perdit un instant à la regarder. Elle n'avait pas changer, elle était toujours aussi belle...mais là n'était pas la question, une jeune fille de 17 ans n'a pas à traîner à une heure aussi tardive dans un lieu aussi glauque. Tel un père un peu trop protecteur, il attendait d'ailleurs ses explications et connaissant le rude caractère de la jeune femme, il s'attendait également à des cris. Oui, je vous rappelle tout de même qu'Elliot venait de la pousser violemment contre un mur avant de la menacer d'un pieu...niveau bizarreries, il battait des records !
    Et comme il connaissait d'avance les réactions de la jeune femme, tout comme il savait qu'elle était certainement venu ici à la recherche d'un scoop, il s'éloigna d'elle, attrapant son bras pour la tirer fortement dans sa direction...c'est à dire vers la sortie.


    "Je te ramène chez toi..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellie D. Brown
[ ETERNAL ADMIN • ]
avatar

Nombre de messages : 462
Age : 29
GROUPE ? : Superhéroine (A)
EMPLOI ? : Lycéenne et fouine à plein temps
HUMEUR ? : Impatiente
Date d'inscription : 24/02/2008

IDENTITY CARD
Love ?: Mon coeur est en bon état, merci de vous en soucier
Something to say about YOU ?:

MessageSujet: Re: Viles créatures de la nuit...me voici :) [Ellie]   Mar 26 Fév - 23:39

Une personne bête comme un vampire (quoi, vous connaissez pas cette expression ?! C'est pourtant hyper célèbre. Bref) aurait pu se demander pourquoi Ellie - qui était pourtant une brillante lycéenne et qui par conséquent devait se lever genre à 7h touuus les jours - furetait tant la nuit. Non, elle n'était pas chasseuse. Pourtant, cela aurait pu étant donné que son père était un vieux bougre dont on ne comptait plus le nombre de créatures exterminées, son seul et unique petit ami en était aussi un et une de ses plus vieilles connaisances, un garçon à qui elle lançait un nombre de piques incroyablement élevé à la minute mais qu'au fond elle appréciait assez - m'enfin, ne comptez pas sur elle pour le lui dire - l'était également. Putain, Ellie se sentirait carrément rancunière si un jour elle apprenait tout ça. Un peu comme dans le Truman Show où tout le monde se moque gentiment d'un pauvre mec dont la vie a été écrite sans son accord. La blondinette détestait qu'on la prenne pour une princesse eplorée qui pleurnichait en appelant son prince charmant à l'aid et qui l'attendait bêtement. Comme si la passivité payait, la blague. Par conséquent, une tornade risquait de prendre possession de la pimpante mini-blonde si elle apprenait que toutes les personnes qu'elle appréciait lui mentait depuis genre toujours, son père en premier. Donc, non, si Ellie sortait toujours tard le soir, ce n'était pas pour botter les miches molles des suceurs de sang, même si elle était persuadée que cette optique lui aurait réellement plu. Après tout, la blondinette n'était pas ce qu'on faisait de mieux en matière de garce-salope-nympho-égocentrique et j'en passe. Et tant mieux d'ailleurs, elle aimait carrément plus Sydney Bristow et Veronica Mars (xD) que Gossip Girl et Christian Troy, le pire mec que la terre ait porté, sûrement. (Putain, qu'est-ce qu'il faut pas écrire xDDD). Cependant, la vérité était toute autre... Ellie bossait comme plongeuse certains soirs de la semaine dans un bar miteux et plutôt glauque - enfin on ne pouvait pas tous être aussi assistés que Brad le crétin - et après avoir passé plus de quatre heures enfermée dans la cuisine, tout en sortant de temps à autres supporter la clientèle toujours aussi fine et subtile - ironie quand tu nous tiens - Ellie avait un grand besoin de s'aérer l'esprit, au lieu de rentrer directement chez elle. La blondinette avait menti à son père sur les horaires de son travail et lui promettait de toujours se faire raccompagner. Trop drôle. La jeune fille en profitait pour flâner un peu dehors, l'air frais lui faisant le plus grand bien. Le silence aussi. Elle aimait se retrouver seule avec elle-même. Ca lui permettait de réflechir... même si ce n'était pas ce qu'il y avait de plus gai à faire, à vrai dire. Bref. Evidemment, Ellie n'était pas une grosse dépressive et la plupart du temps elle évitait de penser à sa mère, ou à une blessure encore plus récente... à Elliot. Ce soir là, elle avait une idée derrière la tête, bien sûr. Elle avait entendu dire qu'une espèce de secte satanique hyper bizarre se réunissait parfois dans l'imprimerie et faisait un tas de trucs louches. En parfaite fouine qu'elle était, il n'avait pas fallu lui en dire plus pour lui mettre la puce à l'oreille. La petite blonde avait toujours son appareil photo et un magnétophone glissés dans son sac et elle rêvassait souvent, s'imagineant découvrir le scoop du siècle ou démanteler à elle seule un gang de gros bras histoire d'intégrer la CIA, le FBI ou un organisme tout aussi respectable. Vous l'aurez compris, l'inaction ne passerait pas par elle. Voilà pourquoi Ellie, vêtue simplement comme à son habitude, ses mignons cheveux blonds en fouillis puisqu'elle les avait détachés il y a peu, arpentait le plus discrètement possible l'entrepôt désaffecté, à la recherche de preuves ou d'une quelconque présence humaine. Malheureusement pour elle, il n'y avait rien de passionnant, mais elle ne se démontait pas et enveloppait dans des mouchoirs les trucs qu'elle trouvait, même si ils avaient l'air plutôt glauques. Non sans une grimace dégoûtée, évidemment. Ellie se trouvait dans la pièce principale de l'usine, là où il y a fort fort longtemps on avait dû imprimer des journaux plus intéressants que celui du lycée où Kristen et Tony avaient émis l'idée de faire un carnet rose, sauf que dans ledit carnet serait répertoriés les couples du lycée avec la durée de leur relation. La blondinette n'avait pas pu se retenir de laisser échapper un fou rire qui avait vexé son interlocutrice, qui avait répondu par une réplique sur l'absence de marques de son jean. Genre un jean se devait d'avoir une marque ou de laisser entrevoir les sous-vêtements ? Youhou, mais Ellie devrait être pendue pour cet affront, n'est-ce pas ? Bref, Ellie prenait quelques clichés tout en regardant où elle mettait ses Converses grises quand elle entendit un bruit. Relevant la tête, elle eut juste le temps de voir un taré lui foncer dessus avec un espèce de machin en bois à la main. P'têtre que c'était le prêtre satanique qui s'apprêtait à l'égorger afin de prier son dieu de la nuit et du chaos ou de je ne sais quoi ? Elle tenait son scoop, encore fallait-il qu'elle en sorte vivant histoire de le raconter. Tandis qu'un gorille qu'elle ne pouvait pas voir lui brisait l'épaule, elle jura lorsque son appareil tomba au sol. Là, c'était clair, elle allait lui faire mordre la poussière. Et si son appareil était cassé, elle le tuerait à mains nues. Voilà. Cependant, notre téméraire blondinette se mangea un mur avant d'avoir pu bouger. Bordel, elle allait sûrement mettre un procès au cul à ce satané prof de cours de self-defense qui était tout bonnement inutile. Pourquoi son père insistait-il à lui faire suivre ce genre de trucs débiles qui s'apparentait plus à de la fitness qu'autre chose alors qu'elle, elle était douée au sprint, et au tennis ? Tandis qu'elle martelait l'abdomen de son agresseur de coup de coudes rageux et répétés qui étaient plus agaçants que douloureux, du moins elle le supposait, Ellie s'arrêta net en entendant une voix qu'elle ne connaissait que trop bien, et qui la fit instantanément frissoner, comme si être en face d'un potentiel agresseur était presque moins pire que de se retrouver face à quelqu'un qui agissait comme un fantôme depuis un an, et qu'elle n'avait jamais tenté de revoir, malgré qu'elle le connaisse depuis genre, sa naissance, ou presque : Elliot. Son expression figée par la surprise se métamorphosa pourtant rapidement en rage, tandis qu'elle se massait doucement son épaule endolorie. Ellie n'était jamais colérique. Tout chez elle passait par le j'men foutisme, l'air narquois ou les remarques sarcastiques. Elle estimait que la colère était un sentiment bien trop mauvais. Seulement, en un an sans nouvelle de celui qu'elle n'avait jamais cessé d'aimer et qui l'avait laissé tombé comme une moins que rien alors que merde, elle n'avait jamais rien demandé, la rancune s'était installé petit à petit... et avait finalement pris une place très importante. Contrairement au garçon qui avait enchaîné les conquêtes - elle le savait puisqu'ils avaient genre grandis ensemble - Elliot avait été son premier et unique copain. Elle savait maintenant que l'amour n'était pas fait pour elle et préférait envoyer balader quiconque s'approchait. Fort heureusement pour elle, les crétins du lycée n'osaient pas, elle les impressionnait bien trop. Ellie accusa le flot de paroles d'Elliot sans rien dire, affichant simplement une moue narquoise tout en regardant le pieu en bois qu'il tenait en main. Putain, dans quel truc louche était-il encore tombé ? C'était un garçon brillant, mais plutôt impulsif. La mort de son meilleur ami l'avait rendu différent, presque comme un animal sauvage, tant et si bien qu'Ellie ne savait plus quoi en penser. Il ne voulait plus la voir, elle avait respecté à contre coeur sa décision, par pure fierté, même si elle en crevait d'envie. Mais avec le tableau qui s'offrait à elle, la blondinette pouvait se rendre compte que la situation était bien plus grave qu'elle ne le pensait. Faute d'être entouré, son ex petit ami avait viré psycho' amateur de pieux. Wahou. Tandis qu'Elliot explosait, faisant preuve d'encore moins de sang froid qu'elle - euh, n'inversait-il pas carrément les rôles - Ellie le dévisagea, un instant. Il était toujours aussi séduisant, mais ses traits semblaient plus durs, plus fermés. C'était comme si il n'était plus qu'une coquille vide. Bordel, était-elle en train d'éprouver de la compassion pour la personne qui l'avait réellement fait le plus souffrir - oui, elle ne pouvait tout de même pas décemment en vouloir à sa mère de s'être fait assassiner, étant au mauvais endroit au mauvais moment, du moins c'est ce qu'elle pensait. Heureusement la tirade d'Elliot super paternaliste lui permit de se reprendre parce que merde, il n'était pas son père et n'avait aucun droit sur elle. Après tout, elle faisait ce qu'elle voulait. Le fixant de ses yeux clairs qui lançaient des éclairs en direction du garçon, Ellie croisa les bras sous sa poitrine d'un air défiant, le sommant d'oser lui tenir tête.

- Pardon ?! Je suis inconsciente ? Laisse moi rire ! C'est pas moi qui t'ai déboîté l'épaule avant de vouloir te transpercer d'un morceau de bois. J'sais pas si c'est ce qu'on vous demande dans votre secte satanique superlouche, mais c'est franchement glauque. Faudrait penser à te recycler.

Ellie était toujours si narquoise et délicieusement sarcastique et malgré sa lèvre inférieure qu'elle mordait pour l'empêcher de trembler et de révéler les sentiments contradictoires qui l'animaient, il était impossible de voir autre chose qu'un profond mépris des règles et une ironie non dissimulée dans ses propos. Parfait. La blondinette n'était jamais méchante intentionnellement, simplement irréfléchie et entière. Son franc parler était presque aussi légendaire que son ignorance des convenances : le politiquement correct ne passait pas par elle, malheureusement, et Ellie semblait parfois oublier qu'il fallait réfléchir avant de parler, malgré qu'elle soit l'élève la plus brillante de sa promo, parce qu'elle s'en donnait la peine, évidemment. Ellie récupéra son appareil photo et ôta la poussière en soufflant dessus, avant de regarder l'état dans lequel celui-ci se trouvait, en gromellant doucement dans sa barbe des menaces de mort si son appareil était brisé, sans pour autant regarder Elliot, même si elle le visait. Là, elle parlait à elle-même. Elle n'eut cependant pas le temps de se plaindre plus longtemps puisqu'il lui attrapa le bras sans ménagement pour la tirer vers la sortie. Pardon ? Comme si il ne l'avait pas assez maltraité pour la soirée ! Elle avait voulu des centaines de fois le voir, simplement pour discuter, pour tenter de comprendre. Elle avait besoin de réelles explications pour faire une croix définitive sur lui et passer à autre chose. Vu qu'il fuyait le dialogue, Ellie s'accrochait à un mirage et n'arrivait pas à avancer tout en ruminant une pseudo vengeance qu'elle ne mettrait jamais à éxecution, puisqu'elle était profondément gentille, au fond. Intimidante, mais plutôt cool. C'était idiot à dire mais pour Ellie leur histoire n'était banale, elle était vrai et sincère et elle y avait cru. Elliot avait toujours été prévenant avec elle et à son écoute, d'ailleurs sans son soutien à l'époque du décès de sa mère, elle ne savait pas où elle serait aujourd'hui, ou qui elle serait devenue. Et lorsqu'elle avait voulu lui renvoyé l'ascenceur, à la mort de Mike - qu'elle appréciait beaucoup elle aussi - il s'était tout simplement fermé, et évaporé dans la nature. Elle était très jeune comparé à lui mais Ellie avait toujours été plus mature que les filles de son âge - vu que c'était une paria de la société - et ça ne semblait pas gêner Elliot, même si parfois il se comportait plutôt comme un grand frère. La preuve ? Ils n'étaient jamais allé jusqu'au bout ensemble (faut bien leur donner une raison de se rabibocher un jour xDDD - et de frustrer Elliot aussi ->). Cela avait beaucoup amusé Ellie, d'ailleurs. Non pas qu'elle le frustre exprès, pour elle cela aurait été tout à fait naturel avec lui, mais l'attitude ultra respectueuse du garçon la faisait carrément fondre. Elle avait eu l'impression d'être un cadeau qu'on attendait d'ouvrir pour l'apprécier davantage. Vous savez, genre, le plus gros de vos cadeaux de Noël, celui que vous ouvrez en dernier parce que vous ne voulez pas gâcher ce moment parfait ? Simplement, Noël avait rapidement fini et ce qui l'avait attendu après était franchement moins joyeux. Connard. Elliot l'avait tellement déçu qu'elle ne regrettait pas de ne jamais avoir franchi ce cap avec lui - même si à l'origine, elle s'imagineait déjà avoir des enfants avec lui - puisqu'il était hors de question qu'elle s'offre au premier connard égocentrique qui passait. Et il était clair qu'Elliot avait agi comme tel... Sentant la colère monter en elle tandis qu'il la traînait comme un vulgaire chihuaha vers la sortie, Ellie voulut simplement donner un grand mouvement de bras afin que la surprise fasse lâcher prise à Elliot. Seulement, la colère semblait avoir décuplé son pouvoir - qu'elle contrôlait pourtant habituellement - et ce simple mouvement de bras envoya s'écraser Elliot à l'autre bout de la pièce, dos contre le mur tout en criant :

- Je t'ai demandé de me LACHER !

Se rendant compte de ce qu'elle venait d'accomplir, Ellie regarda longuement sa main, ayant la vilaine impression d'être un monstre, qui faisait des choses contre sa propre volonté. Figée, elle finit par reprendre ses esprits et secoua la tête, lâchant son sac en toile complètement usé sur le sol et courant rejoindre le garçon allongé sur le sol, apparemment un peu sonné - euh oui, c'était normal. Toute colère oubliée, Ellie tremblait de tous ses membres, sans comprendre réellement comment elle avait pu provoquer un tel truc. Habituellement, elle envoyait valdinguer les mouches ou les couvercles de poubelle, mais parce qu'elle le souhaitait. Bordel, la colère devait réellement la rendre mauvaise. La blondinette, les membres tremblants, s'accroupit au sol, à côté d'Elliot, et lâcha d'une voix éteinte, toute répartie légendaire envolée : pour la première fois de sa vie, notre effrontée attachiante favorite ne savait pas quoi dire...

- Je... je suis désolée. J'sais pas ce qui s'est passé... Enfin, si... mais, j'l'ai pas voulu, j'tassure...

[Désolée du pavé, mais c'est défintivement pas mon jour, donc c'est nul xD]

_________________

I'm coming out of my cage and I've been doing just fine
Gotta gotta be down, because I want it all
It started out with a kiss, how did it end up like this
It was only a kiss, it was only a kiss

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xoxo-gossipgirl.forumactif.biz
Elliot J. Berisford
[ ETERNAL ADMIN • ]
avatar

Nombre de messages : 582
Age : 28
GROUPE ? : HUNTER
EMPLOI ? : Ex gosse de riches.
HUMEUR ? : A cran.
Date d'inscription : 09/02/2008

IDENTITY CARD
Love ?: Faire chier Rain (a) & l'autre emmerdeuse blonde aussi...
Something to say about YOU ?:

MessageSujet: Re: Viles créatures de la nuit...me voici :) [Ellie]   Mer 27 Fév - 14:55

    Habituellement Elliot s'attendait toujours à tout, toujours au pire, histoire de ne pas être surpris. Il s'attendait toujours à devoir combattre une créature encore plus monstrueuse que les vampires, une créature encore plus forte que toutes celle qu'il avait décimé. Depuis plus d'un an qu'il était chasseur, on pouvait dire que le jeune homme en avait vu des choses étranges, et désormais plus rien ne le surprenait. Pourtant, il était vrai que tomber ainsi sur son ex copine était loin d'être prévu. A vrai dire c'était bien la seule chose à laquelle il n'était pas préparé. Il avait une ruse pour toutes les situations, une armée de démons ? Pas grave, il était armé...un vampire coriace ? Aucune créature n'était arrivé à bout de lui jusqu'à présent...alors autant vous dire que ce n'était pas quelque chose qui le tracassait, qui lui faisait peur. Bien que la peur soit sans soute le sentiment qui le motivait à faire ce qu'il faisait, c'était quelque chose que le jeune homme avait du mal à admettre. Non, il ne craignait rien, non personne ne lui faisait peur...mais au fond, s'il était seul, s'il vivait cette vie là en fréquentant que quelques autres chasseurs de temps en temps histoire d'avoir quelques informations sur Luna, celle à cause de qui tout avait commencé et celle avec qui tout finirait, c'était par peur de perdre encore une personne chère à son cœur. Tout ce temps passé seul, l'avait rendu sauvage et pas vraiment fréquentable...lui qui jadis été connu pour être un boute-en-train, toujours en train de blaguer et de faire rire son entourage était devenue distant et renfermé. Un amoureux de la vie, qui ne vivait plus que pour la mort...au service de la mort.

    Et, elle était là, devant lui, collée contre ce miteux mur contre lequel il l'avait balancé de toutes ses forces. Il avait du lui faire mal, il n'en avait pas vraiment conscience, il était trop surpris et étonné de sa présence pour se rendre compte qu'il était sans aucun doute en train de passer pour un véritable psychopathe. Et puis avant d'être un chasseur de la nuit, il n'avait jamais été violent, ne se battait jamais et fuyait toute forme de violence. Avec Ellie, il avait toujours été doux et attentionné...l'image même du petit ami idéale à vrai dire. Tout deux avaient grandi ensemble...le jeune Berisford connaissait même la belle blonde depuis qu'elle était venue au monde. Leurs parents étaient amis à la base et les Berisford étant de grands amoureux des voyages, confiaient souvent le petit aux Brown. Les sentiments étaient arrivés que lorsque la jeune fille avait eu 13 ans. Madame Brown ayant été mystérieusement tuée, et Elliot avait naturellement décidé de passer un peu de temps avec la petite blonde, histoire de la soutenir, histoire de jouer son rôle de grand frère. Le rôle de grand frère était alors devenu pesant, il avait étrangement découvert une gamine incroyablement mature pour son jeune age...une complicité les avait toujours uni et bien qu'il se sente coupable d'éprouver de telles choses pour elle, c'était devenu comme une évidence. Il était amoureux d'elle. Des sentiments qu'il avait préféré gardé caché pendant trois longues années. C'était beaucoup trop bizarre pour qu'il se dévoile...c'était comme un inceste...et puis elle était beaucoup trop jeune pour lui. Une relation interdite qui le rendait mal à l'aise et plus d'une fois il avait tenté de s'éloigner d'elle afin de faire le vide dans sa tête, afin de retrouver la raison. Il s'était même confié à Mike, son meilleur ami...et c'est sans doute grâce à lui qu'il avait finalement fait le premier pas, le jour des 16 ans de la jeune femme. C'était maladroit mais sincère, il avait exposé les choses, tenté de lui expliquer qu'il ressentait quelque chose de confus et d'interdit. Elle n'avait rien dit et l'avait embrassé, un tendre sourire scotché aux lèvres. Il était son premier petit-ami...quelque chose qui l'avait toujours gêné au fond. Et oui, le premier petit-ami est toujours une affaire délicate. Ca lui foutait la pression, le forçait à se surpasser et à se montrer davantage tendre et doux avec elle. Totalement fou d'elle, il avait totalement régressé sentimentalement, il n'était plus un mec de 23 ans, sortant dans des bars histoire de se ramener une minette facile pour ne pas passer la nuit seul. Non il était revenu à l'époque du lycée, où tout est mignon et où toutes les étapes se font longues et délicates. Plus d'une fois Mike c'était moqué de lui, gentiment bien sur, lui lançant des piques histoire de savoir quand les choses allaient devenir sérieuses pour le petit couple. Elliot toujours calme et patient se contentait de rire face à la curiosité de son ami. Il avait tout le temps, de toute façon il était intimement convaincu que son histoire avec la belle n'était pas qu'une passade, qu'ils seraient toujours plus ou moins liés, que leur histoire serait forte et importante, qu'elle surmonterait toutes les épreuves. Elle avait d'ailleurs surmonté l'épreuve "relation cachée parce qu'interdite" avec brio. Là où la norme et les mœurs les aurait blâmé, aurait trouvé leur comportement pas du tout sain et normal, les gens de leur entourage avait été ravi d'apprendre la nouvelle...comme si tout ça était écrit au fond, comme s'ils étaient fait pour être ensemble.
    Et puis...et puis il avait perdu Mike. Et bien entendu Elliot n'avait pas pu supporter un tel drame, perdre Mike c'était comme perdre un frère, et découvrant par la même occasion les honteux petits secrets du monde, il avait totalement paniqué. Il avait sans doute également pété un câble entre-temps, mais là n'était pas le principal. Le principal était qu'il avait une mission à mener à bien, le principal était que la blessure causée par cette perte était si imposante qu'elle ne pourrait se refermer qu'en massacrant les responsables…la responsable. Et pour mener cette mission à bien, il avait besoin d'être seul...ça le rendait plus fort. Il aurait très bien put dévoiler la vérité à Ellie, en espérant la rallier à sa cause. Tout deux auraient sans doute appris ensemble à se battre, et aurait formé un formidable duo...mais la présence d'Ellie l'aurait sûrement rendu moins fort et vulnérable. La concentration n'aurait jamais put être à son comble, puisqu'il aurait du passer son temps à veiller sur elle pendant leurs combat, puisqu'il aurait augmenter les chances de la perdre. La perdre ? Non, c'était impensable, il préférait davantage qu'elle le prenne pour un connard psychopathe, qu'elle le déteste, plutôt qu'elle soit de par sa faute en danger. C'était pour cette raison uniquement que le jour des funérailles de Mike, ils s'étaient éloigné, attrapant doucement son bras fin pour la prendre une dernière fois entre ses bras.
    C'est dingue ce qu'il avait envie actuellement de la prendre entre ses bras, de juste tout laisser tomber pour la prendre contre lui et sentir son souffle glisser contre son cou. De juste lui dire "je t'aime" comme au bon vieux temps et de partir de cet endroit lugubre afin de se promener tout simplement main dans la main dans la petite rue qui entourait le quartier de la belle. Mais c'était bien évidemment impossible. Trop de choses s'étaient passées, trop d'eau avait coulé sous les ponts...et puis Elliot ne doutait absolument pas sur le fait qu'elle avait du refaire sa vie au bras d'un autre homme, un homme qui avait su l'aimer comme elle en avait besoin, un homme qui avait su exposer ses faiblesses et rester près d'elle, même après le pire...n'importe qui, sauf lui quoi. Bien sûr Elliot se doutait que si Ellie fréquentait quelqu'un d'autre ça devait être loin d'être n'importe qui, et que ça devait sans doute être Monsieur "l'homme parfait"...cette étrange pensée, inattendu et pas spécialement requise dans un telle moment l'agaça...rien que le fait d'imaginer que lui, il pouvait la prendre dans ses bras et rester avec elle sans avoir peur de la perdre l'énervait. Le monde pouvait se montrer vraiment injuste parfois.
    Voir la petite blonde s'exciter contre lui, le sortit de ses pensées. Il s'attendait à ce genre de réaction de sa part et étrangement, ça lui faisait presque plaisir de la voir ainsi, si vivante...si elle. Un petit sourire en coin qu'il ne put contrôler vint alors orner son visage. Elle allait peut-être croire qu'il se foutait de sa gueule, soit, il en prenait le risque. Les yeux pétillants, presque rayonnant rien que par sa seule présence, il était clair et net que malgré cette année passée loin de l'autre, il était toujours amoureux d'elle. Mais ça, bien sûr, il ne le lui dirait jamais...beaucoup trop fier évidemment. Se prenant au jeu il rappliqua :


    "L'insertion se fait en plusieurs phases...il baissa d'un ton, prenant un ton lugubre, tout en fixant la jeune femme dans les yeux...d'abord on disparaît de son entourage...on fait le mort. Ensuite on ne sort plus que la nuit et enfin...afin que Satan devienne notre père tout puissant, il est recommandé de tuer toutes ses petites amies dans l'ordre croissant...et j'ai le plaisir de te dire que tu es la dernière sur ma looongue liste...Alors...vu qu'on est là tout les deux, dis moi ce qui te ferrais plaisir, t'es plutôt décapitation, défenestration ou flagellation ?"

    Bordel, ça faisait carrément trop longtemps qu'il n'avait pas sortie de telles conneries. D'ailleurs, c'était sans doute du, à la présence de la jeune femme...ça lui fit bizarre, il avait même l'impression que cette partie de lui avait disparu à tout jamais il y avait quelques mois. Relevant le visage, il remarqua une pointe d'effroi dans les yeux bleutés de la jolie Ellie, et se rendant compte du fait qu'il était partie dans son truc sans avoir montré le moindre signe disant que ce qu'il venait de dire était lié à une mauvaise plaisanterie, il fit les yeux ronds, revenant presque illico-presto à lui pour rajouter :

    "Je plaisantais...tu sais mieux que quiconque que je ne serais jamais capable de te faire le moindre mal...mais si tu rentres pas très vite chez toi, autant te dire que ça pourrait très vite changer. Et pour ton information je ne suis pas dans une secte satanique...j'ai juste quelques nouveaux passe-temps...je m'entraîne à voir la nuit, histoire de pouvoir chasser les loups qui rodent...et je t'ai prise pour un juncki...ça te va ?"

    Il ne savait pas pourquoi il avait ressentit le besoin de se justifier, surtout que ce qu'il venait de dire était tout à fait bidon...les seuls loups qui devaient traîner dans le coin devait sans doute être les loups-garou et là encore, la jeune femme devait ignorer tout ça, du moins, pour sa sécurité. Ayant attrapé le bras fin de la jolie blonde qui baragouinait quelques insultes à cause de son appareil photo qu'il avait malencontreusement fait tombé au sol, il lâcha un : "La Ferme" tout en tirant plus fermement contre son bras afin qu'elle avance et qu'elle se bouge un peu...après tout c'était trop craignos de rester ici, un vampire pourrait bien pointer le bout de son nez d'un moment à l'autre...et le pire dans tout ça serait que ce soit Luna, qui vienne cette fois-ci prendre la vie de la jeune femme, histoire de lui retirer absolument tout ce qui pouvait éventuellement le rattacher encore à la vie. Mais la jeune femme n'en avait pas décidé de la sorte. Enervée contre lui, chose tout à fait compréhensible à vrai dire, il l'avait tout de même laissé tombé sans la moindre explication, feintant de n'avoir jamais été amoureux d'elle, lui disant froidement qu'elle n'avait pas su satisfaire ses besoins et là, il se comportait avec elle d'une façon beaucoup trop paradoxale pour quelqu'un dénuer de sentiments...c'était perturbant et troublant, autant pour elle que pour lui. Elle se mit alors à crier de toutes ses forces de la lâcher. La suite alla beaucoup trop vite pour qu'Elliot comprisse ce qui se passait. En moins de trois secondes voila qu'il se retrouvait projeter contre un mur par une étrange force surhumaine...voire totalement démoniaque. Un peu sonné, il se redressa péniblement contre le mur, tout en tentant de relier le peu de neurones qui devait à cause du cou provoquer par…heu par qui ?…lui rester. Merde ! Ils étaient seuls...Ellie ? Non ça ne pouvait pas être elle, elle était beaucoup trop frêle à coté de lui...et puis, elle ne l'avait pas touché...enfin, il ne parvenait pas à s'en rappeler, tout était aller beaucoup trop vite. La jeune lycéenne, se précipita alors vers lui, elle semblait trembler de tout ses membres mais ça, Elliot s'en fichait complètement. Il venait de comprendre qu'elle était la seule responsable de ce qui venait de lui arriver...il venait de comprendre qu'elle aussi était passé du coté du mal...après tout, tout s'expliquait, sa présence ici, le fait qu'elle est sans doute voulu intentionnellement tomber sur lui pour se venger. Alors qu'elle allait poser sa main sur son épaule, le jeune Berisford lui donna un puissant coup de coude...non, il ne voulait surtout pas qu'elle le touche. Attrapant un large couteau de chasse dans la poche de sa veste, il la menaça tout en criant, totalement paniqué et étonné à la fois :

    "Eloigne toi de moi...PUTAIN BOUGE !...Toi aussi t'es des leurs ? Bordel, comment t'as pu te faire avoir ? Je te croyais plus forte que ça...Tu peux pas savoir à quel point tu me déçois...mais ça ne changera rien...RIEN DU TOUT..."

    La jeune femme s'écartant, Elliot commença à se redresser tout en prenant appuis contre le mur. Son dos le faisait atrocement souffrir, mais là n'était pas le plus important. Il avait compris qu'il était, en compagnie de la démoniaque blondinette, sérieusement en danger. Et oui, ayant plusieurs fois eu affaire à Darwin, nouveau Mike, il s'était rendu compte qu'il lui était impossible de porter le coup fatal qu'il était trop faible pour ça, que le passé était trop important. Avec Ellie ça serait sans doute la même chose...il fallait qu'il trouve une impasse, qu'il fuit...

_________________

BUT iT'S TRUE i'M STiLL BLUE
AND i FINALLY KNOW WHAT i DO
i MUST QUiT i MUST QUiT YOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellie D. Brown
[ ETERNAL ADMIN • ]
avatar

Nombre de messages : 462
Age : 29
GROUPE ? : Superhéroine (A)
EMPLOI ? : Lycéenne et fouine à plein temps
HUMEUR ? : Impatiente
Date d'inscription : 24/02/2008

IDENTITY CARD
Love ?: Mon coeur est en bon état, merci de vous en soucier
Something to say about YOU ?:

MessageSujet: Re: Viles créatures de la nuit...me voici :) [Ellie]   Jeu 28 Fév - 2:42

    Ellie se remettait doucement du choc. Choc, dans tous les sens du terme, évidemment. Tout d'abord, celui de ne plus être seule. Elle n'aimait pas avoir quelqu'un dans ses pattes lorsqu'elle farfouillait dans des endroits pas nets comme ça lui arrivait genre, tout le temps. Comme la fois où elle avait tenté de s'introduire dans le commissariat de la ville afin d'enlever les papiers à l'intérieur de son casier histoire que celui-ci soit de nouveau vierge et pur (A). La blondinette avait comme son habitude foncé tête baissée et n'avait pas pensé un seul instant que des lampes éteintes ne voulait pas forcément dire qu'il n'y avait personne. Fort heureusement, elle n'avait eu aucun soucis et était ressortie en sifflotant, sa lampe de poche à la main et son appareil photo dans l'autre. Oui, elle était tombée sur une scène des plus intéressantes : deux hommes - dont elle ne citerait pas le nom - apparemment fort occupés. Evidemment, ils s'étaient interrompus lorsqu'ele avait déboulé sur la pointe des pieds dans le bureau non-éclairé et l'avait menacé. Ca l'avait simplement amusé. Comme si ils étaient en mesure de lui courir après, le pantalon sur les chaussettes, la blague. Ellie avait rapidement pris un cliché souvenir et avait promis de ne rien divulguer si on lui laissait récupérer la fiche de son casier : après tout, être accusée d'espionnage industriel alors qu'on avait juste voulu vérifier si il y avait des rats dans un fast food, c'était franchement injuste. C'était pas à Brad-le-nul - accessoirement fils du maire - que l'on aurait maltraité pour si peu. Evidemment, la blondinette avait glissé la carte de son appareil dans un endroit hors d'accès pour les personnes respectueuses de la bienséance parce qu'elle n'accordait que très rarement sa confiance et avait pris le temps de détruire ledit document, avant de sortir le plus calmement du monde, dans un ultime affront. Evidemment, ces enflures lui avaient menti puisque même dans une ville aussi minuscule qu'Heaven City, les fichiers étaient informatisés, la poisse. Etrangement, plus tard, une personne : Anne Onyme avait dévoilé des photos compromettantes. Oups. Ellie était une personne entière et honnête et par conséquent, elle ne supportait pas que les autres ne le soient pas en retour. Donc, que disais-je ? Ah oui, le choc. Lorsqu'un silence parfait était troublé par un vacarme suivi d'une explosion contre un mur, ça faisait un changement vraiment. La jeune fille habituée à marcher avec souplesse et légèreté n'avait pas franchement eu le temps d'appréhender le gros balourd qui lui avait rentré dedans - au sens propre comme au sens figuré. Ensuite, il y a eu le choc du choc en lui même. La douleur qui avait irradié tout d'abord dans son épaule, tordue sans ménagement, et après dans son corps tout entier lorsqu'elle avait été jetée sans ménagement contre un mur froid. Ellie n'avait pas l'habitude de se faire traiter de la sorte et son seuil de tolérance à la douleur était étonnamment bas. Oui, elle aimait se faire passer pour une fille forte - ce qu'elle était sûrement - mais même si elle n'était pas du genre pleurnicheuse, ça faisait vachement mal. Pourtant, la douleur du choc n'était rien à comparé le fait de se rendre compte que l'homme qui lui faisait face, tout bout de bois pointu dehors - un pieu, hein - n'était autre qu'Elliot. Bordel, Elliot. Ce choc valait tous les coups de poings à l'estomac du monde, tous les lançages contre les murs et même toutes les tortures au monde. Le voir, lui, paraissait presque irréel. Ellie ne l'avait jamais revu depuis qu'il lui avait clairement dit qu'eux d'eux ça ne rimait à rien, et qu'elle avait été incapable de lui donner ce dont il avait besoin. Evidemment, elle n'était pas assez idiote pour le prendre au mot, elle savait qu'il était sincère lorsqu'il lui disait qu'il l'aimait. Mais il lui avait fait beaucoup de mal. Beaucoup plus qu'elle ne le laissait voir en apparence... Cela faisait un an. Depuis l'enterrement de Mike. A elle aussi, le garçon manquait. Après tout il était le meilleur ami d'Elliot, et elle connaissait ce dernier depuis toujours, alors forcément, Mike était loin d'être un étranger. Mais contrairement à son ancien petit copain, Ellie savait que fuir le monde n'était pas la solution, loin de là. Elle avait voulu l'épauler, le soutenir, et il avait refusé. Sa fierté mal placée l'avait empêché d'insister davantage et elle s'était bêtement résigné. Il n'avait jamais cherché à la revoir, elle ne savait même pas ce qu'il était devenu. Avec Elliot, rien ne l'aurait étonnée... Qu'il soit marié avec une mannequin et étudiant modèle, qu'il soit dealer et junkie, pilote de chasse, amnésique, déprimé, malade, mort. Rien. Sauf ça. Il semblait presque dément. Et ça, elle ne pouvait pas le supporter, ça lui déchirait le coeur. Evidemment, Ellie ignorait qu'il n'était pas fou, simplement chasseur de vampires et un tantinet dérangé. De toute manière, si il avait tenté de lui parler de vampires, elle ne l'aurait certainement pas pris au sérieux et se serait contenté de rire à gorge déployée, comme à son habitude, en prenant tout à légère. Une façon comme une autre de se protéger...

    - Toutes tes petites amies étaient des crétines, ça m'étonne pas que tu ai voulu t'en débarasser. Lança Ellie avec un aplomb non feint et une sincérité à toute épreuve. Après tout, releguée à la presque petite soeur pendant des années, elle en avait vu défiler, et pas que des lumières. Et encore, des tas d'officieuses avaient dû échapper à son regard critique. J'ai toujours pensé faire un torche humaine particulièrement ravissante, alors je t'en prie, fais donc. J'suppose que l'adoration du seigneur des ténèbres ou peu importe la façon dont vous l'appelez mérite bien ce petit sacrifice... Oui, elle plaisantait. Plus ou moins et avec sa façon bien à elle, souvent incomprise. Haussant douloureusement ses épaules après le 'Ca te va ?' d'Elliot, Ellie ajouta d'un ton traînant habituel, et légèrement sarcastique: Ca me va moyennement. Ca irait mieux si tu n'inventais pas des énormités et si tu n'agressais pas la première personne qui passait. Qu'est-ce que tu as contre les junkies ? Et contre les loups, hein ? Ce sont des braves bêtes pourtant.

    Et elle en savait quelque chose. Enfin, son amie n'était pas franchement une brave bête une nuit par mois puisqu'elle aurait été capable de la dévorer sans aucun problème si une cage ne les séparait. Même si Ellie aimait à croire qu'une parcelle d'humanité habitait toujours le corps de cette bête féroce et que dans un moment critique, elle rejaillirait. Sinon, tant pis. Ellie trouverait la situation presque comique : finir dans le ventre dans sa meilleure amie, un peu comme une chaperon rouge des temps modernes. Cependant, dans ce cas là, elle aurait été un peu trop morte pour apprécier le comique de la situation. La petite blonde sortit de ses pensées pour se reconcentrer sur Elliot, qui avait le sourire aux lèvres et les yeux soudainement plus humains. Elle ne saurait dire si il prenait un malin plaisir à se moquer d'elle ou si il était simplement en quelque sorte 'content' de la voir sans pour autant le montrer, mais le voir éprouver quelque chose d'humain était rassurant. De toute façon, le garçon n'était pas parfait, il était différent et c'était ce qui avait fait qu'elle s'était tant attachée à lui... Ellie n'aimait pas les garçons de son âge, en particulier ceux de son lycée, parce qu'elle n'aimait pas les personnes lisses, fades, parfaites. Ce qu'elle aimait elle, c'étaient les imperfections, les défauts. C'est ce qui rendaient les personnes attachantes, singulières. Elle n'était en rien futile et ne s'intéressit que très peu au physique, tout le reste passait avant. Bien avant. Ce qui faisait d'elle une personne rarissime. Ellie se doutait que son ancien et unique xD petit ami plaisantait mais cependant, il avait tout de même l'air assez lugubre pour lui arracher un froncement de sourcils désapprobateur, malgré l'air totalement détaché qu'elle essayait de prendre. Voilà pourquoi la demoiselle acceuillit avec un certain soulagement la suite de sa 'plaisanterie' et la confirmation de sa non-appartenance à la secte qui apparemment sévissait et dont elle s'était juré d'obtenir au pire des photos, au mieux un truc exclusif si elle arrivait à s'y glisser - ouais encore fallait-il que la soit disant secte ne soit pas en réalité un nid de vampires sanglants. Elle qui espérait peut être enfin pouvoir renouer le dialogue, voilà qu'Elliot agissait comme le grand frère qu'il avait cessé d'être il y a longtemps, lui disant qu'il la raccompagnit chez elle, avan de maltraiter de nouveau son bras - le seul valide qu'il lui restait qui plus est. Ellie ne le comprenait pas. Si il se fichait autant d'elle, pourquoi tenait il à la raccompagner ? Elle n'était pas en sucre. C'était-t-il d'ailleurs une seule fois soucié de savoir comment elle allait, durant cette année ? Ce qu'elle faisait ? Bien sûr que non. Sinon il aurait su qu'elle n'avait pas besoin de garde du corps personnel et qu'elle pouvait parfaitement trouver le chemin, et se défendre elle même. De plus Elliot ne lui avait jamais manqué de respect, et n'avait jamais oh grand jamais levé la main sur elle. Deux limites qu'il avait franchi ce soir là. Son 'La ferme', fut le mot de trop, peut être. Tout était allé si vite qu'Ellie mit un peu de temps à réagir, et à assimiler ce qui se pasait : elle l'avait réellement envoyé contre un mur à l'autre bout de la pièce, sans même le vouloir. A moins qu'inconsciamment elle voulait réellement le faire souffrir, elle n'en savait rien. Là, elle ne pouvait même plus réfléchir tant elle avait l'impression d'être un monstre... Elle avait découvert sa faculté il y a maintenant deux ans et n'en avait jamais parlé à personne, mis à part à Andrea, de peur d'être jugée, cataloguée, raillée, alors qu'au fond ça ne changeait rien à rien. C'était juste pratique pour attraper des trucs sans bouger du canapé en fait. Mais là, elle avait agi de telle sorte à mettre la vie de quelqu'un d'autre en danger. Pire que tout, la vie d'une personne qu'elle aimait à en crever. Quelle idiote. Mais encore fois, Eliott et elle se ratèrent. Sa réaction ne fit qu'envenimer les choses. Son coup de coude aussi. Bordel, depuis quand prenait-il les filles pour des punching-ball ? Ellie se sentait totalement désemparée, elle avait l'impression d'être une étrangère, avec cette connerie de pouvoir, et pire encore, de parler à un total inconnu, qui n'avait rien en commun avec la personne qu'elle avait connu toute son enfance. La rage qui émanait d'Elliot la fit se reculer à pas lents et réguliers instantanément, à moins que ce ne soit la vue du couteau qu'il brandissait, et dont les reflets argentés de la lame se reflétait dans les yeux du garçon. Jamais auparavant elle n'avait eu peur de lui. Et pourtant, à cet instant précis, il semblait déterminé et à la fois hagard, comme si il évoluait dans un cauchemar étrange. Mais dans tous les cas, il n'était pas digne de confiance. Cependant, comme à chaque fois où Ellie devait agir avec prudence, son instinct de survie fort peu développé la forçait à ne pas se laisser marcher sur les pieds, quitte à sauter à pieds joints dans le plat :

    - Elliot... baisse ce couteau, merde. Tu peux me dire depuis quand tu me menaces d'une arme ? Je ne sais même pas de quoi tu parles ! Faudrait revenir à la civilisation un jour, j'ai bien l'impression que ta vie d'hermite te tape légèrement sur le système. Ellie se stoppa et arrêta son flot de paroles plutôt ironique avant de planter ses yeux bleus dans les siens, d'un coup plus sincère et surtout moins sur la défensive, sa voix disparaissant presque dans un murmrue Peut être que je te déçois pour une raison que j'ignore, mais sache que c'est réciproque. Ca se voit que tu ne sais pas ce que c'est d'attendre. Attendre pendant un an une foutue discussion qui ne vient jamais. Des explications sensées. Quelque chose d'autre que le silence radio. La petite blonde se stoppa, sentant que sa voix devenait trop tremblante sous le coup de l'émotion. Elle soupira discrètement et releva la tête, tout aplomb retrouvé. Ce qui lui permis de conclure d'un ton impassible et détaché, en regardant le garçon au dos douloureux, ses yeux bleus braqués dans les siens. Sans animosité, sans respect non plus. Simplement une froide indifférence. Je vais rentrer chez moi, je n'ai plus rien à faire ici. Et ce n'est pas la peine de me raccompagner, Elliot, parce que la personne que j'ai en face de moi arrive à me faire peur, vraiment.

    La dernière réplique tomba comme un couperet. Sec, rapide, inattendu. Douloureux sûrement. Mais à vrai dire, comment ne peut avoir peur d'une personne qui avait l'air de vous prendre pour quelque chose d'étrange, et qui vous menaçait tour à tour avec un morceau de bois plus pointu tu meurs, puis avec un couteau de chasse affûté. D'ailleurs, pourquoi était-il armé ? Ellie ne voulait même pas le savoir. Elle ne voulait plus rien savoir de sa vie, vraiment. Elle se sentait affreusement vide et avait un noeud à l'estomac. Elle avait souvent rêvé de cette rencontre, mais jamais oh grand jamais ça se passait comme ça. C'était bien trop glauque. Bien trop réelle. Aussi merdique que sa vie, au final. Après un dernier regard à Elliot, Ellie lui tourna définitivement le dos et se dirigea vers la sortie principale, anciennement cadenassée, la démarche toujours aussi traînante qu'à son habitude, mais la mâchoire serrée, histoire de retenir ses yeux de mauviette de se remplir de larmes, elle se l'interdisait. Alors qu'elle s'apprêtait à sortir, loin d'Elliot, elle vit avec une stupeur non dissimulée une silhouette qu'elle ne connaissait que trop bien entrer, seule. Un fantôme ?! C'était ridicule et impossible, elle avait assisté à son enterrement... et pourtant, vu que cette soirée semblait défier toutes les lois de la nature, Ellie prit son courage à deux mains et lança d'un ton interrogatif pas franchement rassuré, se stoppant elle même avant de sortir une vanne dont elle avai le secret, l'humeur ne suivant pas tellement :

    - Mike ?!


    [Bon, Kiwii, attends que Mike réponde pour répondre hein xD]

_________________

I'm coming out of my cage and I've been doing just fine
Gotta gotta be down, because I want it all
It started out with a kiss, how did it end up like this
It was only a kiss, it was only a kiss

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xoxo-gossipgirl.forumactif.biz
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Viles créatures de la nuit...me voici :) [Ellie]   Jeu 28 Fév - 21:03

Ses rires enfantins, multipliés par l'alcool et la folie de la soirée qu'ils venaient de quitter, l'agaçaient au plus haut point. Ses gestes grandiloquents, sa démarche titubante et ses phrases sans queue ni tête avait presque le mérite de refroidir ses ardeurs ; genre, comment un Vampire pourrait-il boire le sang d'une femme complètement défoncée ? Limite, ce ne serait plus du sang que Darwin irait chercher dans son cou, mais du whisky mélangé à divers alcools comme les jeunes d'aujourd'hui se plaisent à aimer. Voilà maintenant un petit quart d'heure qu'ils avait quitté le bar ; leur promenade nocturne les avait alors mené à une ruelle sombre et déserte, pas plus large qu'un camion. Cette fille respirait le sexe de partout ; par ses vêtements, par certaines de ses attitudes qui se voulaient aguicheuses, par ses hormones en ébullition. Le Vampire n'était pas dupe ; si elle l'avait mené ici, c'était dans le seul but de se faire prendre contre le mur. Lentement, Sally - ou bien Wendy ? - avait posé ses mains manucurée autour du cou de Darwin, murmurant quelques paroles censées l'exciter. Leur bouche s'étaient alors rencontrées, leurs mains étaient devenues baladeuses. La fille était tellement absorbée par son plaisir qu'elle n'avait pas remarqué le changement de comportement de son partenaire ; les yeux presque aussi dilatés que ceux d'un félin, le sourire aux lèvres et les gestes de plus en plus vifs, Darwin était littéralement excité non pas par le corps féminin à sa coupe, mais par le sang bouillonnant sous l'effet du plaisir. Sèchement, il stoppa la main féminine qui tentait de déserrer la ceinture de son pantalon ; ne prêtant pas attention à son étonnement, Darwin continua à couvrir le visage de sa maîtresse d'un soir de baisers langoureux, tout en se dirigeant vers le cou appétissant qu'elle lui offrait. Sally murmura quelque chose, mais le Vampire n'y prêta pas attention ; quelques secondes plus tard, assoiffé, il planta ses énormes canines dans la chair fraîche et entreprit d'assouvir son désir. Tout le reste était devenu secondaire ; les soupirs de plaisir de Sally, auxquels avaient succédé des gémissements de douleur, ses vaines tentatives de fuite, les quelques coups de poing qu'elle lui avait envoyé dans le torse. Darwin sentait le liquide rougeâtre se disperser dans son corps et étancher sa cruelle soif. Plus excitant que la coke, plus jouissif que l'orgasme, le sang satisfaisait un plaisir qui différait de tous ceux que pouvait ressentir un humain. Quelques instants plus tard, il laissa tomber le corps à moitié paralysé de Sally, qui continuait à pousser ses gémissements plaintifs. Darwin esquissa un sourire ; il savait qu'il pouvait la tirer de sa souffrance en lui offrant son propre sang. Par cette même action elle deviendrait sa première Infante : ainsi était le cycle de reproduction du Vampire. Mais pour rien au monde il ne lui offrirait le luxe de sucer ses veines. Pendant quelques minutes, avec un regard vide, il admira cette jeune femme souffrir et mourir. Cela ne lui tirait aucune sensation, non plus que l'alcool et la drogue qu'il avait ingurgité cette soirée-là. Plus rien ne lui faisait d'effet en ce bas-monde.
Et du sexe, il pouvait en avoir tant qu'il le désirait avec Elie.


"Now I believe in miracles, and a miracle has happened tonight. Ta na na na, ta na na na na..."

Les rues sombres et glauques d'Heaven City s'offraient toutes entières à lui. Repu, Darwin déambulait sans aucune perspective pour le restant de la soirée. Pour le moment, il se contentait de chantonner cette musique très connue du King Of Pop, sans se soucier de la présence d'un Chasseur aux alentours. Ses sens ne l'avaient pas encore alerté ; plus puissants, plus fins, plus aiguisés que ceux des simples humains, tels étaient les avantages de leur vie nocturne. Ils ne bénéficiaient bien évidemment pas d'une force colossale, mais ressentir la présence humaine sans avoir besoin de la voir était un avantage considérable, surtout pour Darwin qui, la plupart du temps, sortait sans prendre soin de s'armer.

"But if you're thinkin' about my baby it don't matter if you're black or white."

Et ni une ni deux, il improvisa quelques pas de moonwalk plus ou moins réussis.

Darwin n'avait pas toujours été aussi insensible devant la mort d'une femme. Il y a encore un an, c'était un banal humain qui croyait que les Vampires n'étaient qu'une sorte de folklore européen. Jeune et vigoureux, il se plaisait à se laisser aller à de divers abus mauvais pour la santé mais bon pour l'amusement, tels que la baise ou la défonce. En ça, il était le parfait contraire de son meilleur ami de l'époque, ce très cher Elliot devenu aujourd'hui tueur de Vampire. Pourtant, tous deux se complétaient ; chacun apportait ce qu'il manquait à l'autre, au point de former un duo uni comme deux doigts de la main. Elliot, toujours bon avec son meilleur ami, l'avait aidé à devenir un garçon responsable, à vaincre ses démons et arrêter de se défoncer la gueule pour
oublier. Non, il y a un an, Mike envoyait des messages empreints de nostalgie à la petite Michelle, son amie d'enfance qui était devenue une magnifique jeune femme sur Facebook, le site communautaire sur Internet vieux de 30 ans. Mais ces souvenirs disparaissaient au fil du temps ; derniers vestiges d'une époque révolue, ils étaient les derniers rayons de soleil incompréhensibles de son cerveau tourmenté et assombri par son statut de Vampire. Suivre son Infant jusqu'à la planque de son groupe avait été le pire moment de sa vie ; le moment où le monde s'était ouvert à lui sous une nouvelle forme, où des sensations jusqu'alors inconnues lui avait rendu la vie insupportable. Quand tous les piliers qui soutenaient sa misérable vie avait été ébranlé par la découverte d'un univers nouveau, et qu'il avait compris que sa pauvre mère n'avait jamais été folle et que ses délires de Vampires la pourchassant avait été aussi véridiques que l'érection matinale. Ces pensées sombres tourmentaient Darwin dans la mesure où il les comprenait de moins en moins. Bientôt, il rencontrerait Elliot dans la rue sans ressentir la moindre émotion ni le moindre souvenir d'une quelconque amitié entre eux. Son ancienne vie était terrassée par les viles paroles de Stella et de Luna. Et plus le temps passait, et moins elles paraissaient viles aux yeux de Darwin.

Le Vampire s'arrêta net. Ses yeux fixèrent cette personne qu'il avait connu à une lointaine époque. Cette petite gamine blonde qui répondait au doux nom de... Ella, Ellia ? Non. Ellie... De vagues réminiscences prirent place dans son esprit, teintés d'une vague nostalgie. La copine d'Elliot qui avait plusieurs années de moins qu'eux, ah, il en avait tant rigolé ! Le Vampire se rappelait encore combien il avait pu se moquer d'Elliot d'avoir pu se choisir une pépette aussi jeune. C'était la première fois depuis sa transformation en Vampire qu'il la voyait ; il ne pouvait dire si cette rencontre le réjouissait ou l'agaçait. Qui sait, peut-être avait-elle rendez-vous avec Elliot ? D'après ce qu'il avait compris lors de ses dernières disputes avec Elliot, le couple avait rompu, mais peut-être y avait-il toujours de l'amour, et qu'ils s'étaient remis ensemble depuis ? Motivé par la curiosité, il ne put s'empêcher de la suivre. Ellie était loin devant, et ne semblait pas l'avoir vu. Comment pouvez-elle être aussi... naïve ? Se doutait-elle qu'un Vampire la filait en douce ? Et pourtant elle était chanceuse, incroyablement chanceuse d'être tombé sur Darwin, qui fut un temps son ami, et qui s'était nourri assez récemment pour ne pas être motivé à la tuer. Le pourrait-il seulement ? Darwin en doutait. Un malaise profond l'empêchait de se battre sérieusement avec Elliot, il en serait sûrement de même avec elle. Cela dit, il serait fort amusant pour eux trois de se retrouver ensemble, comme au bon vieux temps.

Lentement mais sûrement, il la suivit à pas de
Vampire. Ses pas l'amenèrent vers la vieille imprimerie abandonnée, qu'il avait un temps fréquenté avant que les Vampires maîtres des lieux soit tués par ce brave Elliot. Le Vampire n'aimait pas particulièrement les lieux du genre, recouvert de poussière et attaqués de toute part par la nature qui tente de reprendre ses droits. Il se demandait pourquoi une jeune fille telle qu'Ellie fréquentait ce genre d'endroits. Quelle sale fouineuse, à tous les coups elle allait espionner quelqu'un, se dit alors Darwin. Puis le jeune homme se mit à douter ; était-elle au courant de l'existence des Vampires dans la ville ? Mais si le lieu n'était plus fréquenté par des créatures de la nuit, alors pourquoi venait-elle ici ? Soudain, ses sens sentirent la lointaine présence d'une personne connue. Cette odeur lui était dans un sens familière. Elliot. Alors, tout deux s'étaient donnés rendez-vous dans ce trou à rats. Charmant ! Il attendit qu'Ellie s'engouffre dans le bâtiment, puis se laissa de la marge par précaution. Darwin était de plus en plus excité par la situation ; rien que de tomber nez à nez avec Elliot devant Ellie, cela promettait. Il ne savait évidemment pas si la jeune fille était au courant de sa mort - tout comme il ne savait pas si elle savait que les Vampires existaient dans la vraie vie et pas seulement dans Buffy - mais... il verrait. Il n'avait de toute façon rien à faire ce soir-là.

Il entra à son tour dans la vieille imprimerie, où ses oreilles distinguèrent au loin des mouvements violents. Sur le moment, Darwin ne comprit pas. Il tendit ses oreilles afin d'écouter les conversations qui s'annonçaient, et un large sourire apparut sur son visage lorsqu'il entendit Elliot s'énerver. "Ellie ?? Bon sang ! Mais qu'est-ce que tu trafiques ici ? Merde t'as vu l'heure qu'il est ? Ton père doit se faire un sang d'encre...t'es complètement inconsciente !" Intrigué, il s'avança prudemment vers le couple déchiré, regardant aux alentours si le chasseur n'était pas seul. Il se colla à la porte qui le séparait d'eux et se mit à espionner leur conversation, la violence de leurs propos et de leurs gestes. "Et pour ton information je ne suis pas dans une secte satanique... j'ai juste quelques nouveaux passe-temps..." Alors Ellie n'était au courant de rien, et c'était très intéressant à savoir. Si elle ne savait pas qu'Elliot était devenu un chasseur, alors elle ne devait sûrement pas savoir ce qu'il était advenu de ce cher Mike. Et toute cette histoire se trouva avoir une nouvelle dimension comique aux yeux de Darwin. Lorsqu'Elliot accusa Ellie d'être un monstre, le Vampire laissa échapper un petit rire. C'était toujours agréable de se faire traiter de monstre, surtout lorsque ce mot sortait de la bouche de son ancien meilleur ami qui, aujourd'hui était devenu l'ennemi numéro un de Darwin, réciproquement devenu son "monstre" à lui. Il ne pouvait plus attendre, la situation était trop amusante pour ne pas y rajouter son grain de sel. Lorsqu'il comprit qu'Ellie désirait partir, le Vampire sut que c'était là le moment parfait pour entrer en scène. Il ouvrit délicatement la porte qui le séparait de ses anciens amis ; il jubila lorsqu'il croisa le regard de la jeune fille, qui prouvait bien qu'elle n'était au courant de RIEN. Mais ne t'inquiète pas, petite Ellie, Darwin est là pour t'illuminer de son savoir et palier le manque de confiance qui t'unit à ton cher Elliot !

Darwin regarda longuement son ancien meilleur ami. Ces moments de tendres retrouvailles étaient toujours les meilleurs ; bercés à la fois par l'ancienne amitié qui les liaient et le dégoût que chacun éprouvait dorénavant pour l'autre. Mais aujourd'hui, la situation était différente des précédentes ; Ellie était là et Elliot avait sûrement senti le danger qu'elle courait à rester dans la même salle que les deux hommes. Il leva quelque peu les bras, comme pour accueillir la perspicacité d'Ellie lorsqu'elle prononça son ancien nom. Son regard alterna entre la jeune fille et le chasseur, et se mit à rire.

"En chair et en os."

C'était presque une insulte de penser que Darwin ait pu se laisser tuer et se laisser enterrer six pieds sous terre, pourrir et se faire manger par les asticots. Sur le coup, le Vampire eut même envie de frapper la jeune fille ; à vrai dire, lorsqu'ils se connaissaient il avait toujours eu du mal à supporter sa répartie. Il fut une époque où il le supportait et rétorquait de plus belle dans le seul et unique but de s'amuser avec elle, mais le temps passant, sucer le sang d'inconnu dans la rue avait assombri son caractère, au point d'amplifier ses anciens sentiments et de vouloir lui faire fermer sa gueule une bonne fois pour toutes. Alors, Darwin se sentit s'emporter ; pourquoi se contenter de frapper Ellie quand il pouvait aussi se moquer de ses relations d'avec Elliot, comme par exemple... tous ces mensonges qui avait suivi sa soi-disante mort ?

"Il y a tellement de choses qu'Elliot ne t'as pas dit... Je suis d'ailleurs très étonné qu'il ait pu te faire confiance à ce point."
Ce qui était totalement ironique. Son sourire charmeur était accompagné de son regard sombre et perçant, et de ses yeux qui n'avaient rien d'humain. "Comme je suis heureux de nous voir à nouveau ensemble, tous les trois. Comme au bon vieux temps..."


(Je suis loin d'égaler vos posts... désolée >.> surtout la fin qui part un peu en couilles, mais bon vous m'en voulez pas hein (a))
Revenir en haut Aller en bas
Elliot J. Berisford
[ ETERNAL ADMIN • ]
avatar

Nombre de messages : 582
Age : 28
GROUPE ? : HUNTER
EMPLOI ? : Ex gosse de riches.
HUMEUR ? : A cran.
Date d'inscription : 09/02/2008

IDENTITY CARD
Love ?: Faire chier Rain (a) & l'autre emmerdeuse blonde aussi...
Something to say about YOU ?:

MessageSujet: Re: Viles créatures de la nuit...me voici :) [Ellie]   Ven 29 Fév - 14:09

    "Toutes tes petites amies étaient des crétines, ça m'étonne pas que tu ai voulu t'en débarrasser." Cette remarque fit sourire le beau brun. Ellie n'avait pas tord. Elliot, comme n'importe quel garçon avait eu sa période, où il préférait choisir ses petites amies plus par attirance physique que par symbiose des esprits et le pauvre n'avait pour ainsi dire pas vraiment accumulé les lumières...c'était sans doute pour ça, que les choses avaient été si spéciales avec Ellie...Ellie à coté de toutes ses poupées sans cervelles faisait figure de femme parfaite. Elle n'était pas parfaite pourtant, mais avait un sens de la répartie qui le faisait littéralement craqué, elle était également sans doute un peu trop aventureuse, un peu trop casse-cou et irresponsable mais, comme on dit, c'était ce qui faisait son charme et à l'époque, quand le monde lui semblait encore être paisible et beau, Elliot se plaisait à jouer le petit ami protecteur, se délectant des inventions de sa copine, éclatant de rire en apprenant qu'elle était fichée par le shérif. Sa chère Ellie était un cas particulier, un drôle de numéro, mais il l'aimait telle qu'elle était. Il l'avait déjà entendu lancer des piques au sujet de ses nombreuses ex...chose qui lui n'avait jamais pu faire, étant donné qu'il était le premier, et cela ne l'avait jamais énervé ni même agacé, le fait qu'elle s'en prenne à ces filles de passage l'amusait et montrait également la jalousie de la jeune femme. Et là...elle venait ni plus ni moins de lancer une pique, exactement comme au bon vieux temps. Il avait tenté de suivre la suite de ses paroles...pfff c'était peine perdue, sa concentration s'était fait la malle, la voir ainsi l'avait totalement perturbé. Il avait alors laissé glisser un doigt le long de sa joue, ressentant l'étrange envie de se pencher afin de lui voler un baiser. Il n'avait pas vraiment eu le temps de laisser libre court à ses fantaisies...et c'était peut-être une bonne chose. Quoi que, ce qu'il venait de découvrir était totalement terrifiant. Elle l'avait projeté avec tellement de force...Merde, ses pieds avaient décollé du sol !

    Tout s'embrouillait dans l'esprit du jeune chasseur...Ellie, un monstre ? Comment cela était-il donc possible ? Comment avait-il fait pour passer à coté d'une information aussi capitale ? Si la jeune femme avait trouvé la mort, ou bien avait simplement disparu de la circulation, il en aurait entendu parler ! Peut-être vivait-il un peu trop reclus, se la jouait-il un peu trop perso', mais il n'était pas coupé du monde au point de passer à coté d'un information aussi importante ? Il y avait encore deux jours, il l'avait attendu, caché à l'arrière d'un vulgaire taxi, sortir du lycée...histoire de voir son visage au loin, histoire de s'assurer qu'elle allait bien. Il avait suivit sa silhouette, quittant les lieux à la lumière du jour ! Oui ! A la lumière du jour !
    Une étrange paranoïa qu'il maîtrisait de plus en plus mal ces derniers temps s'empara de lui...peut-être que tout ça n'était qu'un énorme canular, peut-être qu'il se trouvait dans un programme gouvernementale étudiant l'instinct de survie des hommes. Non, le gouvernement n'avait pas le droit d'agir de la sorte ? Enfin, il était fort pourtant pour faire des cachotteries au sujet de la zone 42 du Nouveau Mexique...peut-être que les vampires étaient en fin de compte des aliens, s'emparant d'enveloppes charnelles pour se reproduire et éradiquer l'espèce humaine...Elliot ferma un instant ses paupières, il était sérieusement en train de délirer...il avait sérieusement besoin d'une clope ou bien de se vider une bouteille de Vodka. Si sa tête n'était pas si embrouillée, peut-être aurait-il pu faire le lien...
    Le lien…un stupide lien, ou plutôt un stupide évènement qui aurait pourtant du lui foutre la puce à l'oreille bon sang ! Ca datait d'il y a un an et demi, à l'époque où Ellie et lui formaient encore un couple presque parfait, presque trop niaiseux d'ailleurs.


    Et oui, tout deux avaient pris l'habitude d'étudier ensemble, et afin que ces moments de travail ne se transforme pas en bécotage sur le canapé, Ellie travaillait sur la table du salon, tandis que lui avait pris possession du canapé qui lui faisait face, étalant ses affaires de jeune étudiant en droit sur la table basse du salon. Laissant ses yeux glissé sur une série de lois, il avait alors cherché son crayon à papier à tâtons, ne le voyant pas quitter doucement la table basse pour voler jusque dans la main d'Ellie. Levant la tête en direction de sa petite amie, il avait froncé le regard, lorsqu'il avait remarqué que cette dernière était en train de se servir de SON crayon à papier :
    "C'est...c'est pas mon crayon que tu tiens là ?"
    Ellie avait alors levé les yeux de son livre, afin de porter son attention sur le jeune Berisford. Son regard c'était fait spécial, sa main avait tremblé, sa voix également :
    "Heu...peut-être..."
    L'attitude de la jeune femme avait fait pouffer de rire Elliot. Avait-elle peur d'avoir fait une bêtise ? Ca ne lui ressemblait pas pourtant. Il avait alors complètement oublié le fait qu'il venait juste de se servir du, dit crayon à papier et que la jeune femme le maintenait fermement en main, alors qu'elle n'avait pas un seul instant bougé de sa chaise :
    "Hey...c'est pas grave...je te l'offre !"
    Le jeune homme lui avait alors fait un petit clin d’œil joueur, se débarrassant du livre qui couvrait sa cuisse, afin de rejoindre la petite blonde pour l'encercler de ses bras et poser son visage sur son épaule. C'est dingue ce qu'il aimait son parfum, c'est dingue comme ce simple contact pouvait mettre en ébullition tout ses sens. Il ne comptait plus le nombre de fois, où il s'était subitement éloigner d'elle, ne contrôlant plus du tout ses émotions...ce qui d'ailleurs aurait pu créer quelques situations gênantes et cruellement humiliantes pour lui. Bien sûr, il se doutait qu'Ellie avait une petite idée de ce qui pouvait se passer pour lui, mais tel un ange, elle ne bronchait pas, préférant lancer un nouveau sujet tout en gardant un petit sourire au coin des lèvres. Evidemment, tout deux n'avaient pas décidé d'attendre le mariage, ils avaient d'ailleurs eu plusieurs occasions...mais tel un gentleman (genre ça n’existe pas ça m'enfin^^) il avait à chaque fois stopper les choses tout en précisant qu'il préférait attendre que la jeune femme soit vraiment prête. Au fond de lui il préférait attendre qu'elle soit majeure, mais ça, il ne lui avait jamais dit, parce que bien évidemment, c'était comme remettre sur le tapis le fait qu'elle était sans doute beaucoup trop jeune pour lui, et qu'il était, sans doute beaucoup trop vieux pour elle. On a beau dire que l'amour n'a pas d'âge, à cet age là c'est malheureusement le cas et le trop peu d'expérience sentimental de la jeune femme le forçait et le motivait à freiner ses ardeurs.

    Et autant vous dire que l'excitation de revoir la jolie Ellie après un an passé loin d'elle venait de totalement disparaître en moins de dix seconde, de totalement disparaître avec le magistral vol plané qu'elle lui avait infligé. Il avait bien sûr remarqué le fait qu'elle était de suite venu près de lui, mais les paroles qu'elle avait dite, les mots qu'elle avait employé n'étaient pas parvenu jusqu'a ses oreilles. Il avait fait un méchant blocage sur l'association des mots "Ellie-Monstre" et n'arrivait toujours pas à trouver cette idée là, rationnelle.
    Voulant se protéger de la jeune femme avec un vulgaire couteau de chasse, elle le pria de baisser cette arme, elle semblait sincère, mais Elliot savait mieux que quiconque à quel point ces satanés êtres des ténèbres pouvait être malins et prêt à tout afin d'obtenir un peu de sang frais, et autant vous dire que son statu de chasseur devait donner à son sang un prix d'or. Voila qu'elle faisait désormais comme s'il venait d'imaginer tout ça...peut-être avait-elle raison, peut-être était-il rester trop longtemps dans la solitude. Les paroles de la jolie blonde agressaient ses oreilles, il n'avait pas envie d'entendre ses reproches, il ne pouvait pas supporter l'avoir également perdu alors qu'il avait logiquement tout fait pour que cela n'arrive jamais. Elle lui donnait envie de crier, il avait envie qu'elle se taise :


    "La FERME sale créature des ténèbres...sale putain des Enfers ! Ne cherche pas à me faire culpabiliser...Bordel tout ça, c'était pourtant pour ton bien, afin que ça n'arrive jamais, afin que ça ne t'arrive pas à toi aussi ! Putain de merde, et dire que j'ai passé un an loin de toi, avec l'espoir que tu pourrais mener la vie la plus normale qu'il soit, avec l'espoir que tu t'épanouisse dans un monde supposé bien à tes yeux..."

    Il se passa une main sur le visage. Un haut le cœur venait de s'emparer de son estomac, oui, cette situation le dégoûtait, Ellie le dégoûtait. Elle qui avait été si pure et si parfaite à ses yeux était devenue tout ce qu'il haïssait en ce bas monde...une des leurs. La jeune femme se redressa. Ellie voulait rentrer chez elle ? Chez elle ? Mais que faisait-elle là ? A quel jeu jouait-elle ? Pourquoi faisait-elle comme si elle était la plus humaine des humaines alors que ses gestes l'avaient lamentablement trahie. Il arqua un sourcil...elle ne voulait pas qu'il la raccompagne, tant mieux ! Il ne comptait pas la raccompagner !

    "C'est ça ! Casse-toi...va retrouver tes nouveaux amis...va faire une orgie sanguinaire, va tuer de pauvres innocents s'il n'y a que ça qui t'excite maintenant. Mais sache une chose...où que tu sois, quoi que tu fasses, je ne serais désormais jamais loin...Je te traquerais...et je te tuerais !"

    Il avait prononcé ses derniers mots avait une rage véhémente. Elliot était en colère...pas seulement après Ellie, enfin comment devait-elle se nommer maintenant ? Cruella ? Pfff il ne préférait pas savoir, il était également en colère contre lui-même, pour s'être battu un an pour rien, pour avoir coupé les ponts avec tout le monde pour rien ! Bordel, a quoi rimait tout ça ? Toutes les personnes qui comptaient le plus au monde pour lui étaient passé du coté des méchants...étaient devenus des êtres ignobles, à quoi ça rimait qu'il se batte encore ? La vengeance ? C'était qu'une putain de connerie oui...la vengeance ne lui avait pas apporter grand chose jusqu'a présent, juste à perdre une année qu'il aurait pu passer auprès de la fille qu'il aime, à la place de la perdre aussi stupidement...et peut-être qu'elle n'aurait pas été aussi en danger à ses cotés, peut-être qu'il aurait pu prolonger sa vie. Il se haïssait, il avait mal penser, sa théorie avait merdé, il était simplement un mauvais chasseur, et non pas digne d'être un disciple de Beckett.

    Alors que la blonde s'éloignait de lui afin de rejoindre la sortie de la pièce. Elliot en profita pour ranger son couteau de chasse dans l'une des larges poches qui ornaient sa veste. Se levant tout en faisant glisser son dos toujours aussi douloureux contre le mur qui avait amorti sa chute, il lui sembla entendre une voix familière..."En chair et en os."...Mike ? Enfin Darwin ! Se redressant totalement, il avait un instant hésité...peut-être que c'était finalement un piège...que les deux jeunes gens de son passé avait organisé la chose afin de se débarrasser de lui. Mais c'était tout de même étrange...pourquoi Darwin aurait-il dit "En chair et en os" ? Surtout qu'Elliot était normalement pas assez proche pour entendre ça...
    Assez curieux de nature, le jeune Berisford s'était alors approché doucement, prenant place derrière une Ellie paralysée par la surprise...quelque chose clochait. Darwin en profita pour lever les yeux vers lui et ajouter d'un ton ironique qu'il y avait beaucoup de choses que son cher ex ne lui avait pas dit. Le jeune vampire avait apparemment tout compris à la scène et s'en délectait...il avait beau être seul face à ses deux anciens amis humains, il savait qu'il aurait l'avantage s'il mettait le trouble et la discorde dans le couple. Il ajouta également qu'il était heureux de les voir...que c'était comme au bon vieux temps. Le sang d'Elliot ne fit qu'un tour, merde Ellie n'était donc pas un vampire ? Putain, comment avait-il pu en douter ? Comment avait-il pu lui parler aussi méchamment. Quoi qu'il en soit, ses motivations de chasseurs étaient de suite revenue à la charge et posant sa main sur la frêle épaule de la petite blondinette, il avait chuchoté :


    "Ne m'envoie pas valser ce coup-ci...reste derrière moi...je t'expliquerais tout..."

    Il était alors passer devant Ellie, la protégeant de son propre corps, jouant au bouclier humain et faisant donc face à Darwin. Enfouissant sa main à l'intérieur de sa veste, il posa sa main sur le pieu qu'il cachait dans son dos et qui tenait à l'aide de la ceinture de son pantalon. Son autre main, il s'en servi pour attraper celle d'Ellie, serrant ainsi sa petite main dans la sienne. L'affrontement avec Darwin risquait d'être encore fort en émotions. Les deux hommes s'étaient déjà croisés à plusieurs reprises...mais Elliot n'avait jamais pu porter le coup fatal, c'était trop dur et le passé revenait sans cesse le hanter, l'empêchant d'agir. C'était une mauvaise chose, puisque plus il laissait Darwin "vivre" plus ce-dernier devenait fort...et de nombreuses morts devaient être à l'origine de ses faiblesses. Levant les yeux, fixant son ex meilleur ami dans ce qui semblait être ses yeux, des yeux maléfiques et terrifiant, il lâcha :

    "Mike...enfin je devrais plutôt dire Darwin...tu es venu seul ce soir ?"

    C'était seulement pour information, histoire de pouvoir donner un degré à la merde dans laquelle il se trouvait. Si Luna était là, peut-être qu'Ellie et lui étaient mal barrés...sinon, il faudrait qu'il se batte et apparemment Ellie n'avait pas spécialement besoin de lui pour se défendre puisqu'elle était tout de même parvenue à lui faire manger un mur...m'enfin, cela pouvait aussi être lié à la peur, vous n'avez jamais entendu parler de ces mères capables de soulever une voiture afin de sauver leur enfant ? Ca pouvait très bien être un phénomène du genre...Tout comme ça pouvait également très bien être un piège. Si c'était le cas, Elliot prenait le risque, de toute façon, s'il avait perdu les deux seuls personnes pour qui il aurait pu mourir sur cette fichue terre, autant que ce soient eux qui lui donne la mort plutôt qu'un quelconque vampire...il prenait le risque, enfin pour une fois depuis bien longtemps il écoutait son cœur à la place d'écouter sa tête, il avait confiance en ce que lui disait son instinct, c'est à dire de faire confiance à Ellie.

    "C'est qu'habituellement tu es toujours collé à ta charmante putain...tu sais celle qui ta réduit à un pauvre monstre assoiffé de sang...celle qui t'as volé ton âme et ta vie."

    Attrapant son pieu, le laissant glisser dans sa main, il le tira doucement de sous sa veste, le mettant devant lui, le montrant à Darwin. Le jeune vampire devait bien sûr jouer du fait de savoir que son meilleur ami n'était pas capable de le tuer mais Elliot se devait de tromper les apparences...se devait de faire croire à son ennemi qu'il serait capable du pire s'il approchait ses canines de trop près.

    "Justement tu tombes à pic...avec Ellie on va organiser un petit pique-nique à la plage...tu pourrais te joindre à nous...Un peu de soleil te ferais pas de mal...t'as vraiment l'air...mort, tu sais !"

    De la provocation ? Oui et alors ?

_________________

BUT iT'S TRUE i'M STiLL BLUE
AND i FINALLY KNOW WHAT i DO
i MUST QUiT i MUST QUiT YOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellie D. Brown
[ ETERNAL ADMIN • ]
avatar

Nombre de messages : 462
Age : 29
GROUPE ? : Superhéroine (A)
EMPLOI ? : Lycéenne et fouine à plein temps
HUMEUR ? : Impatiente
Date d'inscription : 24/02/2008

IDENTITY CARD
Love ?: Mon coeur est en bon état, merci de vous en soucier
Something to say about YOU ?:

MessageSujet: Re: Viles créatures de la nuit...me voici :) [Ellie]   Ven 29 Fév - 21:41

    [Bon, ça va être médiocre, j'peux pas rivaliser xD, surtout ac 40 de fièvre (A)]

    Ellie n'avait pas franchement réflechi avant de lancer une pique sur le nombre de pâles sosies de Kristen (A) qu'Elliot avait eu dans sa vie. C'était sorti de but en blanc, sincèrement. Comme tout le reste d'ailleurs. La blondinette aimait se qualifier d'esprit libre et sauvage, comme Holly Golightly l'héroïne extravertie et spontanée de Breakfast at Tiffany's, qui se nommait "wild thing" et qui était effrayée à l'idée de quelqu'un veule l'enfermer dans une cage en voulant l'aimer. En tant cas que 'free spirit', Ellie clamait haut et fort et à qui voulait l'entendre son absence de jalousie. Après tout, chacun était libre d'aimer qui il voulait, n'est-ce pas, et elle n'avait pas son mot à dire là dessus. La mini-blonde se trouvait franchement mature lorsqu'elle sortait des phrases de la sorte, alors âgée d'à peine douze ans, pas franchement intéressée par les histoires d'amour, d'ailleurs. Elle n'y connaissait rien, à part celle de ses parents, qui était à ses yeux la plus belle, et celles de la télévision, où les protagonistes étaient tous à la fois beaux et pathétiques. A l'époque, Ellie n'était pas encore totalement marginale. Certes, elle était nettement plus intelligente que la moyenne, et ses réactions étaient souvent différentes de celle des autres mais à l'époque on la trouvait pertinente, et non pa intimidante. Ne vous y méprenez pas, Ellie ne regrettait pas du tout cette époque, vu les idiots congénitaux qu'étaient devenus Brad and co. La mort de sa mère avait été le déclic, c'était à partir de là qu'elle avait commencé à être de plus en plus sarcastique et de moins en moins dans les délires de ses amis. Seulement, jusqu'à l'entrée au lycée et ses 15 ans, elle avait tout de même tenté de jouer le jeu. La preuve, Kristen Benett, qui était loin d'être une lumière, mais une fille riche tout droit débarquée de NY avait été sa meilleure amie. Elles n'avaient rien en commun mais se complètaient de façon plutôt amusante. La blondinette aimait le côté peste egocentrique de Kiki qui racontait sans vergogne ses histoires de garçons. Elle s'était cependant vite rendu compte qu'au lycée, là où l'apparence et la popularité prime sur le reste, elle et les autres n'avaient plus du tout les même préoccupations. C'était en plus à ce moment là qu'elle avait découvert son pouvoir, un facteur supplémentaire pour qu'elle s'éloigne naturellement. Et pire encore, qu'elle en vienne à mépriser totalement ses anciens amis, qui devenaient de plus en plus idiots et futiles avec l'âge. Bordel, c'est dingue ce qu'ils pouvaient lui donner de l'urticaire. A penser que la marque de votre paire de chaussures étaient genre ce qui vous définissait en tant que personne et que le nombre de vos conquêtes était ce qui permettait de définir votre valeur. Et si en plus vous buviez comme un trou et aviez de mauvaises notes, vous étiez sacré roi. Roi des crétins, certes, mais au lycée, les crétins étaient adulés... Ellie refusait de rentrer dans ce moule, elle préferait se faire traiter de 'freak' - jamais par devant, évidemment, les gens la craignaient comme une espèce de bête sauvage étrange - que de devenir comme eux. Sa façon de penser était différente, et la blondinette n'était pas le genre à gifler une fille parce que celle-ci avait adressé la parole à son copain. Chose difficile, puisqu'elle n'avait pas de copain, justement. Ouais, simplement, l'amour change tout. Et même si Ellie continuait à clamer son absence de jalousie lorsque Elliot la taquinait à ce sujet, c'était carrément faux. L'amour, le vrai, ça vous change une personne. En règle générale. Ca n'avait pas réellement changé la blondinette, elle restait toujours si particulière, cependant, elle avit tourné jalouse et s'amusait en permanence à tourner en dérision les anciennes copines d'Elliot. La plupart étaient aussi idiotes qu'elles étaient longilines et sublimes. C'est pour ça que dès qu'elle sortit sa petite pique, Ellie s'en voulut instantanément. Elle lui en voulait énormément, elle ne voulait pas lui rappeler le bon vieux temps en plaisantant, et merde, elle ne voulait même pas le faire sourire. Simplement, la petite blonde avait bien du mal à être rancunière, surtout lorsqu'elle éprouvait encore des sentiments. Elle était presque persuadée que le fait qu'Elliot ait été son premier, et qu'ils aient été si proches depuis toujours renforçait ce sentiment. Après tout, comme elle tentait de s'en convaincre, c'était peut être Elliot en tant qu'ami qui lui manquait, ou Elliot en tant que grand frère, mais pas forcément en tant que petit copain, n'est-ce pas ? Ouais, c'est ça, et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d'alu'. Bref. Elle baissa quelque peu la tête lorsqu'il lui caressa la joue, ayant la mauvaise impression qu'il se moquait d'elle, jouant avec les sentiments qu'elle éprouvait. Et ça, c'était aisé : le garçon n'avait pas toujours été un saint, et elle était bien placée pour le savoir étant donné qu'elle avait souvent été le témoin privilégié de ses histoires de coeur, ou pas toujours de coeur d'ailleurs. La simple idée qu'Elliot se joue d'elle rajouta encore un peu à la colère qui montait sûrement suite à ses différentes réponses qu'elle n'eut aucun mal à le propulser. Loin. Loin d'elle. Ce qui la fit évidemment revenir très rapidement sur Terre, soit dit en passant. Ellie n'avait pas mauvais fond et jamais oh grand jamais elle ne se serait cru capable de blesser une des seules personnes capable de la comprendre et de ne pas la juger. Et pourtant elle venait de le faire, avec une véhémence certaine, qui plus est. Se mordillant la lèvre inférieure comme pour être bien certifiée que non, elle ne nageait pas en plein cauchemar, elle crut bon de s'excuser auprès du garçon, qui délirait à plein tube. Bordel, c'était quoi ces histoires ? "Créatures des ténèbres, putain des Enfers" ? Euh, ouais, c'était charmant tout ça mais comme sobriquet affectueux, Ellie avait franchement connu mieux.

    - Tu peux me demander de me la fermer aussi longtemps que tu veux, tu peux toujours rêver pour que je t'écoute ! T'es qui pour me parler de cette façon ?! Je m'exprime si j'ai envie et si ça ne te plaît faudra trouver plus efficace pour me faire taire. Mais après tout ça ne devrait pas trop te déranger vu qu'apparemment, la violence c'est devenu ton truc. Le 'la ferme' d'Elliot avait tellement enervé Ellie qu'elle s'était entièrement focalisée dessus, négligeant le reste, tout le reste. De toute façon, à quoi bon ? La blondinette n'aurait sans doute pas compris pourquoi il jugeait s'être éloigné pour la bonne cause. Il ne s'était jamais expliqué et pire que son absence, ce silence et ses non-dits la bouffaient littéralement. Evidemment, les paroles blessantes du garçon n'arrangeaient rien et ne faisait que nourrir sa colère et sa rancoeur. Ellie se sentait affreusement mal, elle avait une boule à l'intérieur de la gorge qui grossissait et l'empêchait de respirer correctement. Son souffle était saccadé et elle avait du mal à retenir un flot de paroles qu'elle regretterait instantanément, si celui-ci sortait. Mais c'était comme d'habitude : même avec toute la bonne volonté du monde, Ellie ne pouvait pas retenir sa fougue. Cependant, elle se détestait de rentrer dans le jeu d'Elliot, à savoir qui des deux serait le plus blessant, qui des deux aurait le dernier mot. Merde, elle ne voulait pas se brouiller avec lui, mais vu dans l'état étrange dans lequel il semblait se trouver et les énormits qu'il sortait, elle se sentait obligée de répondre, de surenchérir. Faut bien que quelque chose m'excite, puisque tu n'en es pas capable. Oh, tiens, tu veux me tuer maintenant ? Char-mant. Tu m'excuseras de ne pas vouloir te rendre la tâche facile je suppose, mais j'avoue tenir encore un minimum à la vie, même si tu as passé cette putain d'année à me la gâcher sans même t'en rendre compte.

    Ellie s'épatait même, se demandant comment elle parvenait à rester sarcastique et détachée dans des moments pareils. Elle se demandait aussi, bien sûr, comment la situation avait pu dégénérer à ce point. Au point qu'il veuille sa mort... C'était affreux à entendre, pire qu'un coup de poignard en plein coeur, même si évidemment, Ellie ne savait pas vraiment ce que ça représentait. Partir, très loin, et ne jamais revenir aurait été franchement ce qu'elle aurait voulu faire, là maintenant et tout de suite. S'éloigner le plus possible du monstre qu'était devenu son ancien petit ami et ne plus jamais entendre parle de lui. Simplement, Ellie était trop jeune, et avait un père trop protecteur sur le dos qui avait genre décidé de prendre racine dans cette ville bizarre et pas franchement acceuillante. Tant pis. Se barrer de cette ancienne imprimerie glauque et désaffectée suffirait à lui faire reprendre ses esprits. La blondinette ne souhaitait qu'une seule chose : se glisser sous sa couette, fermer les yeux et se réveiller dans très très très longtemps, en ayant conscience que cette soirée n'était qu'un vilain rêve. Quand elle serait réveillée, elle se rendrait compte que toute cette année n'avait été qu'une énorme farce. Mike et Elliot continuerait à être totalement immatures ensemble et elle continuerait à les agacer comme elle savait si bien le faire. Voilà. Très bon programme en perspective. Mais un peu irréalisable. Ellie frissona parce que mine de rien, on se gelait dans cet entrepôt et ressera un peu plus son gilet pas franchement épais contre son corps gracile sans s'arrêter un seul instant. Du moins jusqu'à ce qu'elle discerne Mike. Putain, encore un choc. Sûrement LE choc ultime. Celui qui lui fit l'effet d'un coup de poing à l'estomac. La blondinette avait plus que jamais l'impression d'évoluer en plein rêve, ou plutôt en plein cauchemar. Ses jambes étaient en coton et ses yeux d'un beau bleu azur grands ouverts, regardant le garçon comme une apparition étrange. Il était toujours fidèle à lui même, beau, un tantinet arrogant, et l'air fier. Indomptable. Simplement, ses yeux étaient d'acier et il avait l'air nettement plus dur qu'à l'accoutumée. Pas un chieur comme il était naturellement, non, mais réellement... méchant ?! Son, 'en chair et en os' arracha un froncement de sourcils à Ellie, qui restait figée sur place, comme totalement paralysée. Bordel, est-ce qu'il était une espèce de fantôme ? Mécaniquement, tout en plantant ses yeux bleus dans les siens comme si le fait de ne pas le regarder alors faire disparaître cet espèce de mirage, la blondinette s'approcha, à pas lents et réguliers, de sa démarche à la fois traînante et j'men foutiste jusqu'à presque le toucher. Elle resta là un instant, à simplement l'observer, le regarder, comme si elle cherchait la preuve que tout ça n'était qu'un canular. Après une moue perplexe et pas satisfaite, elle se contenta de lui pincer de toutes ses forces l'avant bras, comme pour être sûr que Mike était bien, en chair et en os et non pas un fantôme translucide qu'on ne pouvait pas attraper, serrer dans nos bras, ou bien frapper de toutes nos forces. Surprise de sentir de la chair, de la véritable chair, Ellie recula instinctivement, regardant le garçon comme si elle ne l'avait jamais vu, avant d'éclater de rire. Son fameux rire, cristallin, léger et communcatif. Pourtant, il était nerveux, elle ne savait même pas pourquoi elle riait. Sûrement le ridicule de la situation...

    - Mais... t'as l'air en pleine forme. Je pensais qu'à ton stade, tu devrais puer le cadavre à plein nez et avoir des vers qui te sortent des orbites. C'est une mauvaise blague, c'est ça ? Non, laisse moi deviner. Je suis en plein rêve et je vais me réveiller. Ou alors Elliot m'a tellement tapé sur le système que je suis devenue aussi folle que lui. Quelle solution est la moins pire, hein ? J'ai du mal à m'décider, en réalité.

    C'était typique d'Ellie ça. Le sarcasme et l'ironie pour cacher son malaise. Elle parlait trop pour s'éviter de réfléchir. Parce qu'honnêtement, dans ce genre de situations, c'était la meilleure chose à faire, puisqu'il n'y avait aucune logique dans cette histoire... Mike était mort et enterré, elle avait assisté à la cérémonie... Elle s'en souvenait, elle portait une robe pour l'occasion, c'était un évènement si rare qu'elle ne pouvait pas l'oublier de sitôt. Plaisanterie mise de côté, elle s'en souvenait comme si c'était hier. La journée était maussade, Elliot ailleurs et elle, elle se contentait d'être là. Les yeux embués de larmes, blottée contre son petit ami, tâchant d'être forte, de ne pas craquer, pour lui apporter tout le soutien dont il avait besoin. Elle se devait d'être là pour lui comme il avait été pour elle, lors de la mort de sa mère. Pourtant, Elliot ne lui en avait pas laissé la disponibilité, c'était à la suite de l'enterrement de Mike qu'il l'avait planté littéralement, partant vivre sa vie d'hermite. Pourtant, elle aussi était attristée, vraiment. Elle avait grandi avec Elliot et connaissait très bien Mike également, elle l'aimait beaucoup lui aussi, même si ils se disputaient souvent pour un oui ou non, Ellie partant au quart de temps pour tout et rien. Il était un peu le chieur qui lui tenait tête pour s'amuser et qui charriait son meilleur ami à son propos. Bordel, il lui avait vraiment et sincèrement manqué, lui et ses histoires tordues. Et le voilà devant elle, plus vivant que jamais. Y'avait comme un malaise dans l'air, vous trouvez pas ?

    - Quoi, Elliot était au courant... depuis quand ?! Et c'est quoi cette histoire ! Le visage d'Ellie s'était fermé, elle n'avait plus du tout envie de plaisanter, elle avait comme l'impression d'être le dindon de la farce et tout ça ne lui plaisait pas vraiment. Son regard oscillait entre Mike qui était juste devant elle, et Elliot, qu'elle imagineait plus loin. Putain, cette soirée était défintivement trop bizarre. Qu'est-ce que tu attends pour m'expliquer au lieu de sourire comme un demeuré congénital ? Dépêche-toi avant que j'perde patience et que je m'énèrve !

_________________

I'm coming out of my cage and I've been doing just fine
Gotta gotta be down, because I want it all
It started out with a kiss, how did it end up like this
It was only a kiss, it was only a kiss



Dernière édition par Ellie D. Brown le Ven 29 Fév - 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xoxo-gossipgirl.forumactif.biz
Ellie D. Brown
[ ETERNAL ADMIN • ]
avatar

Nombre de messages : 462
Age : 29
GROUPE ? : Superhéroine (A)
EMPLOI ? : Lycéenne et fouine à plein temps
HUMEUR ? : Impatiente
Date d'inscription : 24/02/2008

IDENTITY CARD
Love ?: Mon coeur est en bon état, merci de vous en soucier
Something to say about YOU ?:

MessageSujet: Re: Viles créatures de la nuit...me voici :) [Ellie]   Ven 29 Fév - 21:41

    Ouais, Ellie sentait de nouveau une rage non contenue monter en elle et elle avait une folle envie de faire faire un tour de montagnes russes à Elliot et Mike, en même temps avant de les faire projeter l'un contre l'autre jusqu'à ce que leurs crânes s'entrechoquent et explosent. Surprise elle même par la force et l'horreur de ses pensées, la petite blonde secoua la tête et fut distraite par l'arrivée d'Elliot en personne, que la situation avait l'air d'affoler quelque peu. Il lui murmura quelque chose à l'oreille, qui eut le don de l'apaiser quelques instants. Je dis bien quelques instants parce que la petite blonde était le genre de personne qui détestait que l'on se moque d'elle ou qu'on lui marche sur les pieds, alors effectivement, Elliot ne devait pas espérer s'en sortir aussi facilement, uniquement parce qu'il lui proposait des explications. Ce n'était pas suffisant, voilà tout. Pourtant, elle fut attendrie par son geste protecteur et en profita un peu pour se blottir contre lui - après tout toutes les occasions étaient bonnes. Heureusement pour elle, elle ne savaitpas qu'Eliott agissait simplement en tant que chasseur - elle ne savait pas ce que c'était - et qu'il faisait également ça avec cette salope blonde de Kristen. Ouais, ça aurait quelque peu casssé la magie du moment. Pendant un instant de pleine plénitude les remarques des deux garçons entrèrent dans ses oreilles sans pour autant atterir dans son cerveau. Cependant, la pimpante blondinette se reprit bien vite, en comprenant qu'Elliot savait tout, de chez tout, depuis le début. Evidemment, son cerveau refusait d'admettre et d'analyser cett histoire de vampires. Pour elle, Mike avait simplement voulu disparaître, recommencer ailleurs et Elliot ce salaud l'avait couvert sans la tenir au courant avant de la quitter. Qui sait ce qu'ils avaient fait tous les deux ? Elle se détacha brusquement du garçon et vint se placer plus loin, en face des deux garçons qui eux, se faisaient face, en lâchant d'un ton sarcastique à l'attention de son ex petit copain.

    - C'est bon Elliot, j'ai plus besoin de toi, j'suis grande tu sais. Ellie le défia du regard avant d'en envoyer un noir à Mike, énervée et agacée d'être mise à l'écart de la sorte, et de ne rien comprendre. Le trio s'était transformé en duo, apparemment. Elle en profita pour sortir son appreil photo - encore en état de marche, dieu soit loué - de son sac à main et l'essuya du revers de la manche avant d'enclencher le mode film, regardant tour à tour Elliot puis Mike, consciente qu'un truc important était en train de se jouer sous ses yeux, mais sans pour autant le saisir entièrement, Ellie possédant un esprit trop rationnel, par moments. Ce fut au moment où Elliot montra son pieu en parlant de Mike comme d'un monstre assoiffé de sang, que cela fit 'tilt' dans son cerveau. Zoomant sur le visage de 'Darwin' comme l'appelait Elliot, Ellie lança d'un ton amusé, parce qu'elle ne semblait pas comprendre le tragique de la situation. Ou alors avait-elle simplement besoin de dédramatiser: Bordel, Mike, t'es un espèce de cadavre ambulant maintenant ? Le genre qui a peur du soleil, de l'eau et des croix et tout et tout ? Le genre qui boit le sang des gens ? Berk. Ca t'fait pas un poid sur l'estomac, à force ?

    Ouais, trop d'informations en si peu de temps faisait dérailler la pauvre Ellie qui préférait faire de l'humoir que d'accepter la vérité. Mouais, enfin, quand elle se fera bouffer la carotide, elle trouvera sûrement la situation moins amusante xD

_________________

I'm coming out of my cage and I've been doing just fine
Gotta gotta be down, because I want it all
It started out with a kiss, how did it end up like this
It was only a kiss, it was only a kiss

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xoxo-gossipgirl.forumactif.biz
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Viles créatures de la nuit...me voici :) [Ellie]   Dim 2 Mar - 20:57

    Et long fut le temps qui passa, depuis sa transformation en Vampire. Il y a des personnes qui vivent plutôt bien leur statut de fils de la nuit, mais force était de constater que Darwin avait mit beaucoup de temps à s’adapter au sien. Le jeune homme, déjà quelque peu mal dans sa peau, n’avait pu s’habituer facilement à dormir le jour et vivre la nuit, ne jamais voir la lumière de l’astre solaire sans y risquer sa peau. Supporter avec difficultés n’importe quel aliment avalé par sa bouche cadavérique sans que cela ne lui donne des crampes d’estomac, ne plus réagir aussi mal aux drogues et à l’alcool, ne plus ressentir autant de plaisir lors d’un orgasme… vivre dans un corps mort, condamné jusqu’à ce que le Destin ne veuille lui offrir une mort digne. Comment vivre une vie normale, lorsque toutes les personnes qu’on avait apprit à aimer durant toute une vie vous croient mort et enterré ? Comment survivre au regard belliqueux de son ancien meilleur ami, recyclé en chasseur de votre espèce, la seule personne non Vampire à vous savoir encore en vie ? Le choc avait été rude, malgré tout ce qu’on pouvait en penser. Mike l’avait très mal vécu, comme il avait très mal vécu ces flots discontinus de sang nécessaires à sa survie. Du jour au lendemain, tous les efforts qu’il lui avait fallu pour reprendre une vie saine et normale étaient partis en fumée. D’une simple morsure au cou, le monde matérialiste qu’il avait connu avait disparu comme la lumière ensoleillée qu’il chérissait tant. Plus besoin de boulot, plus besoin de donner une image correcte de soi, sa vie n’était désormais plus que sang et débauche, et personne ne lui en porterait pas rigueur. Ni une ni deux, il avait reprit ses anciennes habitudes, à pourrir son corps et son cerveau avec de multiples drogues plus ou moins dures, avec la seule différence que son corps à présent mort n’y réagissait plus. Mike avait un pied dans la tombe, l’autre baignant dans le sang. Il avait passé ses premières nuits en tant que Vampire en compagnie de Luna, la meuf qui l’avait transformé. Elle lui avait apprit les bases, enseigné les techniques, montré comment survivre dans un univers où la mort les attendait à chaque coin de rue. Comme on sortait de l’utérus de sa mère suivi des déjections maternelles, on devenait Vampire mordu la plupart du temps contre son gré, avec toutes les merdes que cela impliquait. Certaines personnes voyaient cela comme une délivrance, d’autres comme l’aboutissement d’une vie humaine. Mike, lui, pendant un certain temps, s’était contenté de se prendre pour Dracula ; un monstre de contes.

    La scène avait longtemps hanté ses nuits ; alors que la pleine lune éclairait Heaven City de ses rayons argentés, Mike, alors renommé Darwin, avait rencontré Elliot au détour d’une ruelle. Moins d’une semaine avait passé depuis sa transformation, et tous deux ne s’étaient pas revus durant ce laps de temps. En cet instant, la faim pressante blessait le cerveau du jeune homme qui luttait désespérément pour ne pas s’attaquer à un innocent. Et Elliot, lui, vagabondait pour une raison inconnue dans les rues sombres, dans l’univers des Vampires. Leurs yeux s’étaient rencontrés, et jamais l’envie de sucer du sang ne l’avait autant tiraillé. Oh, Darwin avait déjà tenté de mordre Elliot ; c’était juste après sa transformation, et que Luna lui en intimait l’ordre. Depuis, il avait eu le temps de réfléchir et s’était abstenu de toute morsure. Il était alors en manque de sang, et ce manque était pire que celui que pouvait ressentir le défoncé de base qui n’avait pas son fix à portée de coudes. Non, Darwin luttait et luttait pour ne pas devenir pire qu’une simple bête affamée. Il en aurait presque rigolé de toutes ses forces ; jamais le roman d’Anne Rice ne lui avait paru aussi magnifique et réel qu’en cet instant. Plus que jamais, Darwin aimait Louis, qui lui aussi avait mal vécu ses canines terrifiantes. Quelque part, dans sa vie de Vampire flottait son passé d’humain qui refusait de tuer pour vivre. Chaque nuit, s’éveiller et partir en quête d’un sang pur et bouillonnant pour étancher sa soif monstrueuse, voilà ce qu’il était devenu. Luna s’était moqué de lui, l’avait poussé à s’accepter le plus rapidement possible s’il ne voulait pas périr des mains des chasseurs qui pullulaient dans la ville. Si ce n’étaient pas ces innocents, ce serait lui qui irait dire bonjour à Satan. Il fallait faire un choix, et Darwin avait fini par le faire, peu après le premier combat qui l’avait opposé à un chasseur. Eux ou lui. Ce fut lui. Le sentiment de dégoût d’Elliot combiné à la faim de Darwin avait conduit à un combat à mains nues. Il n’y eut aucun vainqueur, juste la confirmation que leur amitié s’était éteinte. Fatigué comme jamais, son esprit en proie à une folie sans précédente, le Vampire s’enfuit à toute vitesse, disparaissant au loin alors qu’un hurlement de loup-garou se faisait entendre, quelque part dans la campagne d’Heaven City. Sa course le mena à un square où se tenait une adolescente en train de fumer. Plongée dans ses pensées, la clope au bec, elle n’avait pas remarqué Darwin et par conséquent, ne put éviter que celui-ci se jette sur elle afin de la morde au cou et sucer son sang. La tentation avait été la plus forte ; Darwin avait failli. Sentir le sang couler au fond de sa gorge avait étanché sa soif et soigné sa folie destructrice. Le bien-être qu’il en ressentit lui avait fait comprendre qu’il ne pourrait plus jamais redevenir comme avant, que plus jamais il ne serait ami avec Elliot. Que dorénavant, sa vie rimait avec sang, débauche et chasseurs. Une vie nocturne de monstre. Les paroles de Luna, aussi vicieuses que le venin d’un serpent, avait pour but d’effacer toute parcelle humaine de son être. Darwin, malgré tout, avait beaucoup de respect pour elle ; après tout, c’était elle sa créatrice. Il avait eu beau, au début de leur « relation », ne se considérer que comme de la chair fraîche, Luna lui avait malgré tout offert un toit et une nouvelle famille. S’il voulait survivre dans la faune hostile, il devait jurer allégeance à Stella. C’est ce qu’il avait fait. Et même s’il ne supportait que très peu la présence de ces Vampires, il se l’y obligeait. Pour survivre. Pour se forcer à croire qu’il puisse encore avoir des personnes proches sur qui compter. Et ce fut dans cette situation qu’Elie Stokes apparut. C’était une chasseuse, certes, mais qui avait eu le mérite de voir au-delà des apparences trompeuses, qui avait su le percer et le comprendre. Ce qu’Elliot n’avait pas su faire…

    Ellie semblait paralysée. Darwin aimait ce genre de réaction ; c’était l’un des avantages de son statut de Vampire, qui provoquait chez les humains lambdas des réactions plus ou moins excessives, mais toujours comiques. Il fallait voir leur gueule quand ils découvraient qu’un des mythes aussi vieux que la Terre se révélaient exacts. Ils réagissaient comme si on leur annonçait que la fin du Monde était pour le lendemain. Mais Darwin ne comprenait que trop bien, oh oui, cette douce impression d’avoir été pris pour un abruti tout au long de sa vie, jusqu’au moment où quelqu’un daignera vous faire comprendre que OUI, les Vampires existent et pas seulement dans Blade. L’existence de ces choses laissait présager bien des choses… Peut-être que l’Enfer existe, après tout ? Fils de la Nuit, fils du Diable ? Qu’est-ce qui pourrait faire croire le contraire, mes chers ? Comment naquirent les Vampires ? Les théories fusent et diffèrent, sans qu’on ne sache la réelle version des faits. Une chose est sûre : les fils de la Nuit sont des monstres et périront comme des monstres. Nombreux furent les mythes à contribuer à la chasse à ces êtres sanguinaires. La Comtesse Báthory, l'illustre Vlad Tepes ou toutes ces personnes accusées de Vampirisme et qui périrent brûlés ou empalés. Leur seule existence remettait en cause les dogmes de l'Eglise, à l'époque surpuissante. Chassés comme des sorcières. Partout où ils vont-ils apportent souffrances et mort, déchirent et déciment des familles dans le seul but de survivre. Après tout, pourquoi n’auraient-ils pas le droit de vivre en paix ? Qui a décidé qu’un Vampire devait vivre dans l’ignorance de l’Homme ? Quelle cruelle injustice que voilà. Mais Ellie semblait être un esprit rationnel. Elle ne semblait pas perdre un câble comme l’avait Elliot. Ah, quelle loque son ancien meilleur ami était devenu en l’espace d’un an… une vraie loque sentimentale. Et elle prit son courage entre ses mains et s’approcha de Darwin, à pas lents et réguliers. Leurs regards ne se quittèrent pas. Ses yeux bleus lui rappelaient vaguement quelque chose… Oui, ils lui faisaient penser aux yeux Elie avec un seul L. De beaux yeux bleus qui lui apaisèrent son cœur l’espace d’un instant. Quel culot elle avait de s’approcher de lui ainsi ! Bon Dieu, ça ressemblait à ces films typiquement HELLywoodiens où le personnage tertiaire s’approchait du héros avec un air désemparé ; il se mettait alors à le toucher, timidement puis avec assurance, jusqu’à ce qu’un sourire rayonnant ne s’installe sur son visage et qu’il ne se mette à hurler de joie « C’est toi ! C’est bien toi ! Tu es en vie ! » Et il se jetait dans ses bras, heureux d’avoir retrouvé son ami. Dans le cas présent, la situation allait être tout autre. Ellie se mit à pincer Darwin le plus fort possible déjà, cela n’avait rien de classe scénaristiquement parlant. Peu après, Ellie recula ; peut-être son instinct de survie avait-il enfin décidé à se mettre en marche. Elle se mit alors à rire nerveusement et ça, scénaristiquement parlant, ça avait quelque chose de classe. Il ne put s’empêcher de soupirer assez fortement lorsque la jeune fille annonça qu’elle le pensait pourrir dans un cimetière. Bordel, n’avait-il pas assez dit vouloir être incinéré à sa mort ? Apparemment, non, et c’était bien regrettable. Oui, tu es en plein rêve, oui tu es devenue folle, oui, ce sont les deux à la fois. Darwin acquiesçait à chaque proposition d’Ellie. Il voulait du temps, juste parce qu’il ne savait pas vraiment comment expliquer les choses. Il n’avait jamais prit le temps d’y réfléchir, étant donné qu’aucune explication n’avait été faite pour Elliot qui n’en avait d’ailleurs pas besoin. Et maintenant, il se retrouvait tout bête, pris par la situation. « Qu'est-ce que tu attends pour m'expliquer au lieu de sourire comme un demeuré congénital ? Dépêche-toi avant que j'perde patience et que je m'énèrve ! » Darwin perdit son sourire ; son visage prit une tout autre facette, beaucoup sombre et mauvais. Deux étincelles semblèrent briller dans ses prunelles de Vampire ; deux lumières qui montraient bien que le Démon qu’il était venait enfin de se réveiller. Le Demeuré Congénital en avait assez des sarcasmes de la Paria.


    « Toujours aussi conne à ce que je vois. »

    Froid et sec, ni plus ni moins. Le ton de sa voix contrastait avec le ton doucereux qu’il avait utilisé il y avait même pas deux minutes. Aucun sarcasme, aucune ironie dans ses paroles. Le genre de phrase qui n’avait que pour seul but de faire mal et rien d’autre. Toujours conne et chiante, si elle n’avait pas été aussi loin de lui et si proche d’Elliot il lui aurait prit sa p’tite tête de moineau et l’aurait éclaté au sol. Alors peut-être que sa petite bouche cynique arrêterait de débiter le genre de phrase susceptible de lui attirer des ennuis. Elliot se ramena alors, toujours prêt pour protéger sa douce et tendre. Le Vampire ne comptait plus le nombre de fois que tous deux s’étaient rencontrés et battus. D’amis, ils étaient passés à ennemis et ce petit manège durait maintenant depuis un an. Peut-être qu’il devrait finalement s’arrêter – Darwin y pensait depuis un petit moment déjà – et la présence d’Ellie ne ferait qu’accélérer les choses. Il était bien décidé à l’utiliser pour faire souffrir Elliot – pas pour le tuer, car il doutait toujours qu’il puisse en être capable – mais s’en prendre à ce qui lui était cher, frapper là où ça faisait mal pour le faire se sentir tellement minable qu’il fuirait la ville par dépit. Ce serait toujours plus facile que de enfoncer son propre pieu dans son œil gauche.

    « Non, je suis tout seul. »
    Répondit-il avec ce même ton froid et caverneux, fixant toujours Elliot comme si le duel qui s’approchait n’était en fait qu’un duel de regards. « Les autres sont en train de défoncer la gueule des chasseurs dans ton genre. » Moyen rapide et efficace pour faire deviner à Ellie le petit passe-temps de son cher et tendre sans passer par des belles phrases. « Mais si tu veux j’peux les appeler, ils se feront un plaisir de s’occuper du cul de ta poupée Barbie. »

    Ellie n’avait plus aucune importance ; le duel venait de commencer entre les deux anciens amis. D’abord, c’était à celui qui sortirait les mots les plus durs pour déstabiliser l’autre. C’était pour eux et surtout pour Darwin un moyen efficace pour s’échauffer les esprits et trouver l’envie de s’occuper du cas d’Elliot sans avoir à retenir ses coups. La tournure qu’avait prit la situation ne lui avait pas beaucoup plus ; Ellie n’avait pas réagi comme il le voulait et Elliot non plus. Il n’y avait pas eu assez d’émotions dans ces retrouvailles. Si Ellie s’était mise à pleurer, annonçant avec tristesse combien elle était heureuse de le revoir en vie, qu’elle avait été triste de son absence et qu’elle regrettait l’époque où tous les trois s’amusaient comme larrons en foire, alors peut-être il aurait esquissé un petit sourire. Mais non. NON. Elliot avait sorti son pieu, sans avouer leur terrible secret à son ex avec de belles et longues tirades sur le pourquoi de l’existence de l’Homme et du Vampire sur terre, empreint d’une morale purement politiquement correcte, comme on pouvait le voir dans les films.

    « Ma… putain, comme tu dis, s’appelle Luna. Tu n’as toujours pas réussi à la tuer, c’est à douter de tes capacités de chasseurs, mon p’tit Elliotounet. »
    Cela ne se voyait pas, mais Darwin avait très mal prit le fait qu’Elliot traite Luna de putain. Il ne le supportait pas, et comptait faire honneur à sa créatrice. « C’est pas la peine de la diaboliser, mon beau. Après tout, c’est toi le meilleur ami qui n’a rien fait pour m’aider, m’empêcher de devenir ce que j’suis maintenant et le cas échéant, de me tuer pour éviter toute cette MASCARADE. »

    Car tout ce qui se tramait dans Heaven City n’était au fond qu’une Mascarade.

    Il entendit la lointaine voix d’Ellie, qui semblait n’avoir toujours rien comprit à la vie. Pour la faire taire une bonne fois pour toute, elle et son appareil photo – nom di diou, Darwin avait une sainte horreur de ces machines, il n’était pas du tout photogénique, mais alors pas du tout du tout – il décida de jouer le jeu de la jeune fille. Et fixant l’objectif de l’appareil photo, il prit sa plus belle pose – c'est-à-dire, les yeux sortant de leur orbite et un sourire de dément – et dévoila ses longues canines prêtes à entrer en collision avec une carotide. Le bruit qu'il fit au même moment avec sa respiration n'avait rien d'humain ; pire, elle dévoilait toute la personnalité démoniaque de Darwin, bien décidé à montrer combien il avait souffert d'être si rapidement mis à l'écart. La douleur qu'il avait ressenti à faire attention à ne pas se montrer à quelqu'un qui l'avait connu avant sa transformation avait été forte ; ne plus pouvoir dire bonjour à sa mère sans accroître sa dépression, aussi. La pire avait été ce regard haineux qu'Elliot lui lançait en tant que Chasseur. Mais aujourd'hui, cette douleur avait mué en force.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Viles créatures de la nuit...me voici :) [Ellie]   Dim 2 Mar - 20:58

    Ceci fait, Darwin se retourna et s’éloigna d’Elliot. Ses yeux parcourent la salle dans son ensemble ; il était temps pour le Vampire de se trouver une arme, le conflit qu’il attendait tant n’allait pas tarder à éclater. L’avantage d’une imprimerie abandonnée, anciennement squattée par des Vampires de surcroît, était toutes ces babioles qu’on pouvait trouver un peu partout, et qui était susceptible de faire très mal quand on savait les manier avec classe. Comme par exemple ce pied de biche, posé contre un bureau recouvert de poussière et qui avait probablement servi à défoncer un crâne d’humain – ou de Vampire ? – ou alors à condamner l’imprimerie peu après sa fermeture. Ou bien encore, cette planche en bois, utilisée pour condamner l’une des fenêtres de la pièce dans laquelle ils se trouvaient tous les trois. Elle pendait dans le vide, seulement retenue par le clou enfoncé dans son extrémité supérieure. Sans trop forcer, Darwin l’arracha de l’autre planche en bois à laquelle elle était accrochée. Le miracle du travail bâclé fit que le clou était toujours enfoncé dans la planche ainsi récupérée ; une arme grossière, mais une arme avant tout. En plus d’avoir ces barres de fer non loin de ce carton rempli d’anciennes cartouches d’encre et de ce vieux couteau frappé d’un vieux blason Vampirique, Darwin avait sa force, ses poings et ses coups de pieds, ses crocs et son statut d’ancien meilleur ami. Tout en se rapprochant d’Elliot pour retrouver sa position initiale, il lui répondit :

    « Viens donc m’immoler, grand fou ! »

    Darwin n’irait pas en Enfer tout seul, mais en compagnie de son ancien meilleur ami de pacotille. Il se le promettait.
Revenir en haut Aller en bas
Elliot J. Berisford
[ ETERNAL ADMIN • ]
avatar

Nombre de messages : 582
Age : 28
GROUPE ? : HUNTER
EMPLOI ? : Ex gosse de riches.
HUMEUR ? : A cran.
Date d'inscription : 09/02/2008

IDENTITY CARD
Love ?: Faire chier Rain (a) & l'autre emmerdeuse blonde aussi...
Something to say about YOU ?:

MessageSujet: Re: Viles créatures de la nuit...me voici :) [Ellie]   Dim 9 Mar - 18:57

    Tout ça aurait presque pu être considéré comme la routine par notre jeune chasseur...et oui, parce qu'après tout, avoir affaire à des vampires hargneux aux injures et aux vulgarités banalisées, c'était son quotidien. Mais bien sûr, cette situation là, était loin d'être routinière. Les mots qu'employait Darwin étaient loin d'être simplement vulgaires...ils savaient toucher là où ça faisait mal, rappelant ainsi au jeune homme son impuissance, l'incapacité qu'il avait eu à sauver son meilleur ami...son ami qui avait donné sa vie pour qu'il conserve la sienne. Un beau geste...enfin si on retire le contexte "je suis bourré, donc c'est moi qui tripote la jolie nana [qui s'avère être une catin de l'Enfer] en premier." Avec le recul, Elliot s'en mordait les doigts, il culpabilisait énormément et, un nombre considérable de fois, il avait fermer les yeux et serrer les poings, espérant revenir en arrière afin que ce soit lui et non Mike qui subisse les crocs de la démoniaque Luna. Les choses auraient sans doute été beaucoup plus simples pour lui. Vu son tempérament il serait même certainement devenu une bête féroce...il serait devenu un être ignoble, bien plus ignoble que ce qu'était devenu Mike...alors en y pensant, peut-être que les choses étaient mieux ainsi, et peut-être même que le destin en avait décidé de la sorte, avait fait le choix pour eux, afin de les éloigner d'une mort certaine...dans cette posture là, tout deux étaient en quelque sorte invulnérables l'un pour l'autre. Ce n'était pas la première fois qu'Elliot avait affaire à son ancien frère de cœur, mais habituellement, Darwin se promenait en compagnie de Luna...de toute manière Elliot avait toujours été incapable d'agir contre lui...ainsi la putain de l'enfer se servait du jeune vampire pour assurer sa protection, pour être certaine qu'Elliot ne s'approche pas trop près d'elle, armé de son pieu. Luna était manipulatrice, c'était à se demander si tout ça n'avait pas été calculé au fond, si le fait qu'elle soit tombée sur eux cette soirée là n'était pas été qu'un vulgaire plan afin d'amuser ses soirées...parce qu'au fond assister à des joutes verbales semi violentes entre deux anciens amis est plus amusant qu'on puisse y penser, surtout lorsqu'on est du bon coté et qu'on tire sur les ficelles.

    Putain de ficelles...Elliot avait cherché suite à la transformation de Mike, un moyen afin de retourner la situation, afin que la catin infernale ne soit plus maîtresse du jeu...mais il avait bien vite du se soumettre à la réalité, rien ne pouvait changer ce qui c'était passé...mais c'était pas une raison pour devenir aussi fataliste qu'un héros d'une tragédie grecque, non Elliot, malgré l'irréversibilité des choses, comptait bien se battre jusqu'au bout, tout en continuant ses recherches, tout en espérant un jour toucher du doigt son plus grand rêve, tout d'abord transpercer de son pieu cette putain de Luna et ensuite trouver une solution afin que Darwin redevienne Mike...que sa partie humaine revienne à la vie. Seul la mort pouvait totalement les séparer, mais dans ce cas là, la mort avait mal fait son travail, alors peut-être qu'il restait, même dans ce total bordel une petite solution...c'était en effet toujours plus attrayant que l'idée de transformer son meilleur ami en poussière.

    Bref, tout ça aurait pu être considéré comme routinier, mais dans sa petite routine de chasseur, Elliot n'avait pas une petite blonde, un peu trop insouciante à protéger. Et oui Ellie prenait apparemment un malin plaisir à lui donner quelques sueurs froides. Il y avait un an, lorsque le drame était arrivé et qu'il avait mit un terme à leur relation, la logique du jeune homme avait fait qu'il avait supposé qu'un jour cette scène se produisit, mais pas aussi tardivement. Ellie étant quelqu'un de très spontanée et n'aimant pas vraiment faire traîner les choses, il avait plutôt pensé qu'elle l'aurait harcelé au début de leur séparation, il aurait plutôt pensé qu'elle revienne vers lui afin de comprendre ce qui pouvait bien se passer dans la tête du beau brun. Etrangement les mots qu'il avait employé pour l'éloigner avaient du être plus fort qu'il ne l'avait crue...Elle n'était pas revenue, elle n'avait rien fait, et Elliot avait même fini par croire, une boule à l'estomac que la jeune femme ne devait pas être aussi amoureuse que ça, après tout son tempérament de feu avait choisit le même comportement que lui, c'est-à-dire le silence, et ça c'était carrément pas habituel. Le temps lui avait permis de mettre cette idée de coté, de ne pas l'exploité afin de savoir quoi faire face à cette situation tout à fait surréaliste, et ça, bien évidemment, il le regrettait amèrement.

    Et en parlant d'Ellie, voila que la jeune femme se la jouait casse-cou pour ne pas changer. Elliot écarquilla les yeux, totalement estomaqué. La majorité des gens auraient fait un malaise dans cette situation là...et bien dites vous que la blondinette, elle, bravait les recommandations d'Elliot pour se jeter dans la gueule du loup, c'est a dire, se positionner presque entre les deux hommes et sortir son petit appareil photo numérique. Zoomant sur le visage du défunt Mike, elle s'amusait à le filmer tout en faisant des commentaires cyniques...du Ellie Delilah Brown craché ! Mon Dieu, cette fille était plus qu'insupportable, ou du moins, avait envie de se faire bouffer la carotide, vu son comportement totalement irresponsable, et le pire dans tout ça, c'est qu'elle osait dire à Elliot qu'elle n'avait pas besoin de lui, qu'elle était assez grande pour se défendre...ok, elle l'avait peut-être bien envoyé valser contre un mur, mais la jeune femme était loin de savoir ce que c'était que se battre contre un vampire...Elliot n'était qu'un homme surentraîné face à la démoniaque force qu'habitait le corps de son ex meilleur ami...et là où leurs premiers affrontement restaient correct, la violence était de plus en plus spectaculaire...


    Elliot n'osa pas poser sa main sur le bras de son ex copine, il avait désormais compris qu'il fallait éviter tout mouvements trop brusques avec elle...et puis c'était pas le moment de retourner se frotter aux murs, Darwin n'attendait que ça, afin de se jeter sur la blondinette...Il se contenta donc de montrer son mécontentement en soupirant fortement :

    "Ellie...tu devrais rester à l'écart s'il te plais...et surtout arrêter de jouer avec ce truc..."

    Darwin lui se contenta de lancer un "Toujours aussi conne à ce que je vois"...putain, déjà qu'à la base la situation sentait vraiment pas bon, c'était clair qu'en continuant comme ça, tout risquait de dégénérer d'un instant à l'autre. Sur le coup, Elliot avait même ressentit le besoin de lâcher quelque chose comme "Je te permets pas"...mais il n'avait apparemment plus à prendre la défense de la demoiselle, elle venait d'être assez claire sur ce sujet là, bien que pourtant il ferrait tout pour lui sauver la vie si Darwin se montrait sur son plus mauvais jour. D'ailleurs en parlant du jeune vampire, ce-dernier se mit à grogner tel un animal...le monstre qu'il renfermait sous une enveloppe humaine se faisait entendre...ça ne présageait rien de bon et une nouvelle fois, Elliot préféra écouter son cœur plutôt que sa raison et quitte à se retrouver une nouvelle contre un mur, il attrapa violemment le bras d'Ellie, la rapprochant de lui, tout en lui arrachant son appareil photo des mains.

    "Bordel, mais Ellie, tu vas te calmer un peu ? Qu'est-ce que tu fous là ? Tu crois qu'on plaisante, tu crois qu'on joue ? Bordel réveil toi !" Dirigeant son regard vers Darwin qui semblait se délecter de la situation, il lâcha d'un ton très agressif : "Toi aussi tu vas te calmer...tes menaces ne m'atteignent pas...et tu crois peut-être que tu me fais peur en me disant que tu vas t'en prendre à Ellie ? Tu me fais pitié, tout en toi me dégoûte...et puis tu sais quoi...t'as qu'a en faire ce que tu veux du cul de ma Barbie comme tu le dis si bien...moi j'en ai assez vu pour ce soir...je vous laisse entre vous ! Bonne soirée !"

    Tout lâcher de la sorte ne ressemblait pas du tout à Elliot, mais tout ça, c'était beaucoup trop pour lui. Sa battre contre son ancien meilleur ami et protéger son ancienne petite copine ? Non...il fallait arrêter les conneries bon sang...à force d'avancer à reculons, il allait tomber, et la chute serait forcément mortelle. Se battre pour que la justice triomphe...à quoi bon ? Surtout quand celui qui a été son meilleur ami, son confident n'est plus qu'un monstre, surtout quand la femme qu'on a aimé plus que tout vous rétorque qu'elle n'a plus besoin de vous et qu'elle semble de plus, être habitée par une étrange force surhumaine. Le jeune chasseur lâcha donc le bras de la blondinette et s'éloigna des deux personnes qui avaient le plus compté pour lui jadis pour trouver la sortie de l'imprimerie. Laissant ses chaussures taper contre les lattes du vieux sol en bois à moitié bouffé par les mites, il ne put faire qu'une dizaine de pas seulement. Ses pieds refusèrent bientôt de continuer. Il était ailleurs, à moitié présent, à moitié dans ses pensées. Il tentait de comprendre, il espérait surtout bientôt se réveiller pour découvrir que tout ça n'était qu'un cauchemar...il avait peur de se rendre compte que tout ça était vrai et qu'il risquait encore de perdre une personne importante...s'il devait la perdre, ça ne se ferrait surtout pas sous ses yeux, comme pour Mike...mais là il était lâche...
    Droit comme un pic, le regard toujours dans le vide, une étrange mélodie semblait résonner dans sa tête. Il se pinça fortement la lèvre inférieure. La voix de Darwin raisonnait une nouvelle fois, hantant la pièce de cette imprimerie abandonnée. Il parlait de Luna...il enfonçait une nouvelle le couteau dans la plaie, il disait simplement que tout était de sa faute...ainsi que cette stupide mascarade. Elliot tourna tout doucement le visage. Sa lâcheté devenait colère...devenait énervement. Il avait mal au ventre, une sorte de feu venait étrangement de se rallumer au plus profond de lui même. Darwin profita de son éloignement afin d'attraper une vieille planche clouée. Il rajouta sur un ton de défis qu'il pouvait venir l'immoler. C'était de trop pour le jeune Berisford, qui perdant totalement le peu de sang froid qui avait pu l'habité durant les premières secondes de cette discussion sans queue ni tête, s'élança sans réfléchir davantage, sur le vampire. Attrapant d'une main la planche de bois pourrie, il se blessa par mégarde. Un clou s'enfonça dans la chair de sa main. Mais il ne grimaça pas, il était beaucoup trop énervé pour ressentir la moindre douleur. Arrachant la planche des mains de Darwin, il la balança de toute ses forces contre un mur où elle se fracassa. La main en sang, il la colla contre la bouche de son démoniaque frère de sang.

    "Une arme ? Pour quoi faire ? Pour avoir ça ? Et bien...bois, si c'est ça qui t'excite plus que tout...si c'est ça que tu as en tête ce soir..."Retirant sa main, il serra fortement son poing. "Je te propose un marché...je suis prêt à accepter n'importe quoi, mais en contre-partie...tu dois me promettre une chose...tu oublies Ellie."


[Pardonnez moi...c'est minable :s]

_________________

BUT iT'S TRUE i'M STiLL BLUE
AND i FINALLY KNOW WHAT i DO
i MUST QUiT i MUST QUiT YOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Viles créatures de la nuit...me voici :) [Ellie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Viles créatures de la nuit...me voici :) [Ellie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mes Créatures de la Nuit [Comtes Vampires]
» La Nuit se regroupe, et voici que débute ma Garde
» Créatures rares et nommés - Monts Brumeux
» La nuit du renouveau.
» Créatures rares et nommés - Ered Luyn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E T E R N A L S U N S H I N E :: A R O U N D . H E A V E N . C I T Y :: OLD PRINTING FACTORY-
Sauter vers: