AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 .: A d a m . W h i t e . beautiful vampyr :.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adam White
[ ETERNAL ADMIN • ]
avatar

Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 30/03/2008

IDENTITY CARD
Love ?:
Something to say about YOU ?:

MessageSujet: .: A d a m . W h i t e . beautiful vampyr :.   Lun 31 Mar - 1:01


P E R F E C T . K I L L E R


  • I. IDENTITY

    NOM : W h i t e .
    PRENOM : A d a m .
    SURNOM : I s a a c .
    AGE : 68 ans qu’il foule la terre.
    SEXUALITE : Bisexuel, mais n’a d’yeux que pour Eleanore
    NATIONALITE : Américain


  • II. WHO ARE YOU ?

    Décrivez le caractère de votre personnage en énonçant ses qualités, ses défauts, ses tics ou manies, ses craintes les plus profondes, ses principes, etc.
    15 lignes minimum.

    Mes victimes pensent toutes que je n’ai pas eu de chance dans la vie, que mes parents me battaient ou des idioties dans le genre, mais parfois elles ne pensent pas aux raisons qui ont pu faire de moi un véritable psychopathe. Et là encore elles ont tout faux. Je ne suis pas un psychopathe, parce que je sais parfaitement faire la différence entre le bien et le mal, c’est juste que j’ai choisis le mal. Le terme exact est en fait sociopathe. Mais on s’en moque n’est-ce pas ? De toute façon, mes victimes ne doivent guère compatir à mon état mental après ce que je leur fait. Pour elles je suis un monstre sans nom, je peux les torturer durant des heures et me délecter de leur souffrance. Je n’ai rien d’un de ces vampires qui s’amusent d’un rien, qui salivent rien qu’à la vue du sang, pour moi, il faut bien plus que quelques goûtes pour que mon appétit soit en éveil. Le sang, toujours le sang, je n’ai pas exactement que ce mot à l’esprit. Le sang n’est pour moi qu’un aliment, certes délicieux, mais qu’un aliment, tout comme respirer est naturel aux humains. Ce que je recherches chez mes victimes c’est la peur, le plaisirs et la douleur, se mélangeant étroitement. Lorsque je leur lèche la nuque, j’aime sentir un frisson les parcourir, j’aime alors les regarder essayer d’éviter mon regard, parce que je sais que je créer à la fois du plaisir et de la honte chez elles. Sans doute doivent-elles me détester, mais ça fait partit du jeu, ça ne serait pas marrant autrement. Elles ont autant besoin que moi. On pourrait penser que je suis aussi destructeur avec tout ce qui m’entoure.

    Mais ça n’est pas le cas. Je suis tendre avec celle qui partage ma vie éternelle. Tendre et à la fois mesquin. Mon caractère n’est pas facile à vivre et je le sais bien. Dévoiler mes sentiments, révéler des secrets noirs cachés au fond de moi-même, raconter mes défaites, mes tristesses, ça n’est certainement pas ma manière de fonctionner. Et je pense que Eleanore détesterait que j’agisse ainsi avec elle. Je suis tout sauf un petit ami parfait, je ne suis pas non plus le compagnon avec qui on s’imaginerait partager son éternité. J’aime parler comme un prince étaler une poésie hors du commun parce que je ne suis plus mortel et que les mots simples ne me paraissent pas convenir à mon immortalité. Comme je parle, je suis. Difficile de savoir ce que je pense, ce que je ressens si l’on ne creuse pas un peu. Essayer de me faire changer serait absolument ridicule. Je n’ai rien d’une poupée. Je suis un vampire, et je ne risque pas de changer, même des siècles n’y parviendrait pas. Ma manière d’être, aussi brutale et à la fois séduisante est-elle, ne changera pas. Et ceux qui font partit de mon éternité le savent.

    Mélancolique, sans cesse tourner vers le passé et les regrets, ça n’est vraiment, mais alors vraiment pas mon genre. Le passé est le passé, aussi peu glorieux soit-il, aussi glorieux reste-il en mes souvenirs. Je n’aime pas ressassé, si je dois repenser au passé, je n’en ferait pas état de cause, je conserverais ces souvenirs pour moi. Non, décidément, je ne suis pas du tout comme ça. Depuis que je suis devenu vampire, je suis totalement lancé vers l’instant présent, je profite de chaque instant, de chaque cri poussé par une victime fraîche à la nuque offerte à ma vue, de chaque baiser langoureux et dangereusement sanglant, de chaque regard envoûtant de la belle qui partage mes nuits. Définitivement tête brûlé, je ne pense non plus guère à l’avenir, du moins, pas de manière pratique. Je peux rêver d’un avenir glorieux mais en aucun cas je n’irais jusqu’à essayer de monter un plan pour y parvenir. Je ne crois pas qu’on puisse dessiner l’avenir selon son goût de cette manière, et puis je n’en ai pas besoin.

    Curieusement je ne suis pas un vampire qui possède de petite manie, comme de laisser une marque particulière sur ses victimes, les croix non bénites déposées sur les joues des victimes, les pétales de roses parsemant le chemin à ma victime, ça n’est vraiment pas mon truc. Pour moi chaque victime est une nouvelle proie, elle est différente et particulière et pour chacune d’elle je me fait un plaisir de me laisser aller à mes penchants sadiques et profondément cruels. Cela ne signifie pas que j’efface soigneusement mes traces derrière moi, au contraire, j’aime l’idée que les chasseurs puisse retracer toutes les étapes de douleur et de tourment que j’ai pu infliger à ma victime. L’idée que leur boyaux puissent se retourner en essayant de calculer combien de temps j’ai mis à la torturer jusqu’à la tuer me rend d’humeur joyeuse. Mais si je ne prend guère de temps pour ritualiser mes meurtres, il peut m’arriver en revanche de passer plusieurs jour à pister ma victime, dont j’aime connaître la moindre intimité. Et le fait de les suivre, de les étudier me permet de les aimer, à ma manière.


  • III. HOW DO YOU LOOK LIKE ?

    Ou encore la description physique de votre personnage. Décrivez son visage, son corps, sa façon de se coiffer ou encore de sh'abiller, certaines particularités si ils en ont telles que des tatouages, piercings, cicatrices, marques diverse, etc.
    Une dizaine de lignes sont requises.

    Qu’est-ce qui les séduit chez moi, ces chères victimes toute offerte à moi, et à ma dulcinée, qu’est-ce qui peut bien leur faire croire une seconde que je vais les protéger de tout mal, est-ce mes yeux bleus d’un ton si clair et si cristallin ? Je ne pense pas, j’ai de véritables yeux de loups, plus troublant que séduisant, bien que je sache parfaitement que ce type de yeux pourrait faire fondre n’importe quelle fille. Mais ces yeux là inspire-t-il vraiment confiance ? Confiance au point de se jeter dans la gueule du loup. On y revient encore, au loup. Mais n’est-ce pas ce que je suis, un loup, animal qu’on croit solitaire à tord, le loup ne chasse jamais sans sa meute, il ne conçoit pas son existence sans la meute et il est capable de guetter sa proie durant des heures. Alors, oui, je suis un loup. Mais détrompez-vous, mes yeux ne vous dévoileront seulement mon désir de vous serrez contre moi, pas celui de vous détruire lentement, pas celui de vous torturer durant des heures, et encore moins celui de vous rendre fou à cause de la douleur.

    Ou alors ce sont mes gestes d’une tendresse infinie, d’une grâce divine qui les met tant en confiance. J’en suis désolé pour toutes ces chères victimes sacrifiés sur l’autel de ma cruauté. Il est vrai que je tiens des gestes raffinés, qu’il n’y a en moi, en ma manière de me tenir, en ma manière de me mouvoir, aucune vulgarité, aucun gestes qu’on pourrait dire populaire. Souvent je donne la sensation de léviter plutôt que de marcher. Cela est dû à mes pouvoirs de vampires, mais surtout à mon grand âge, qui me permet de me déplacer avec une légèreté qui n’a rien d’humain mais qui passe à leur yeux pour quelque chose d’angélique. Mes gestes sont parfois plus lent pour des yeux humains, mais si subtilement lent, que ça en paraît pour de la grâce naturelle, cependant, il est vrai que je n’en manque pas. Mais m’amuser sur mon apparence revête souvent du jeu avec mes victimes.

    En effet, il peut arriver que je couvre ma peau d’un léger fond de teint bronzant afin de me donner un aspect humain. Pour devenir totalement humain en apparence, il me faut bien plus que du fond de teint. Non seulement j’ai la peau laiteuse, mais si fine que mes veines bleutés transparaisse à la lumière artificielle, si bien que je dois maquiller aussi bien ma nuque et mes mains que mon visage. Outre ma peau, il y a mes yeux, dont l’éclat surnaturel, devenant plus important à l’approche d’une gorge, ou au sentir d’un peu de chaire fraîche, peuvent véritablement effrayer mes victimes. Mes ongles transparents exigent que je les vernisse.

    Mais ne vous inquiétez pas, toutes ces légères modifications de mon apparences ne viennent nullement gêné le fait que je sois un vampire magnifique. Une créature qui a dû faire pleurer le diable lorsqu’elle est né, et qui doit faire saliver les démons à chaque fois qu’elle reste un peu trop à la lumière du jour. Mon visage est celui d’un ange, aussi bien pour mes victimes que pour les autres vampires. Il y a quelque chose d’envoûtant dans on apparence qui m’aide à séduire mes victimes, mais me permet aussi de ne pas avoir à faire grand chose pour être attendrissant. Souvent je brille longtemps dans l’esprit de mes victimes mais aussi des autres vampires. Lorsque j’étais humain, je dégageait déjà quelque chose de cet ordre là, mais pas d’une telle puissance. Cela est dû au sang démoniaque qui coule dans mes veines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam White
[ ETERNAL ADMIN • ]
avatar

Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 30/03/2008

IDENTITY CARD
Love ?:
Something to say about YOU ?:

MessageSujet: Re: .: A d a m . W h i t e . beautiful vampyr :.   Lun 31 Mar - 1:02


  • IV. WHAT ABOUT YOUR LIFE ?

    En d'autres mots, la biographie de votre personnage de sa naissance à aujourd'hui, s'il a toujours vécu à Heaven City, les éléments importants qui ont fait de lui ce qu'il ou elle est aujourd'hui, etc !
    Une bonne quinzaine de lignes minimum.

    Je ne suis pas né ainsi. Lorsque j’étais humain j’étais si différent qu’on aurait du mal à croire qu’il s’agit bien de la même personne. Ma naissance fut attendue. Ma mère était une de ces femmes incroyablement belle, qui ont la chance d’avoir à la fois l’intelligence, la beauté, un travail gratifiant et un époux attentionné. Elle s’appelait Constance. Je ne pourrais jamais oublier ce doux prénom. Ce fut mes premiers mots. Constance. Pourquoi ne l’ais-je jamais appeler Maman ? Parce qu’elle ne voulait pas que je l’appelle maman. Elle ne prononça jamais ce mot devant moi. Pour elle, j’étais son merveilleux petit Adam mais je ne devais jamais devenir son merveilleux fils. Je ne sais pourquoi ma mère a voulu mettre cette distance dès ma naissance. Voulait-elle m’épargner la souffrance ? Je ne crois pas que ça marche ainsi, mais peut-être qu’elle y a cru. Mon père, je ne le connus pas vraiment. A l’âge de 3 ans, il partit, ou plutôt non, si les brins de souvenirs qui me reste sont exact, c’est nous qui sommes partit. Constance et moi. Je m’étais enfouis dans ses bras et je n’avais pas pleurer, par une seule larme de mon corps. Elle était la seule qui comptait.

    Je suis né dans une famille immensément riche. Quelque fut le métier de ma mère, si elle était vraiment ma mère, il lui prenait tout son temps. Lorsque nous aménageable à mes 7ans dans une nouvelle et grande maison, je cru que ça n’était qu’un endroit comme les autres, où je n’aurais pas de père, et où ma mère serait sans cesse absente. Dans ma tête trottait le mot maman mais jamais il ne franchit mes lèvres. Je savais qu’elle ne voulait pas l’entendre. Mais je voulais tellement l’entendre, savoir quelle sonorité il avait… Dans la nouvelle maison, il n’y avait personne. Du moins c’est ce que je cru. J’avais tout le temps Constance avec moi, elle était plus distante et ne portait plus ses jolies robes, mais elle était là pour moi, tout le temps, et elle parlait d’une voix si douce. Plus jamais elle ne laissa ses beaux cheveux blonds balayer son visage, ils étaient toujours attachés en chignons. Une nuit je me suis introduit dans sa chambre pour cacher tous ses pinces, mais elle parvint à se faire un chignon sans le lendemain.

    Finalement je devais rencontrer le maître des lieux. Car il y en avait un, forcément. Ce fut un jour de pluie, où je me réfugiait dans le mausolée, bien caché derrière les arbres du parc qui entourait la maison. Je n’étais qu’un enfant et curieux de savoir ce qui se cachait à l’intérieur. Je trouvais un être magnifique à la beau blanche et à la prunelle des yeux brillantes de milles feux. J’ignorait qui pouvait bien être cet homme, mais à sa beauté, à sa grâce, au pouvoir de séduction qui se dégageait de lui, j’eus soudain le désir que ce soit mon père. A partir de ce moment là, je ne désirait plus qu’une chose, que l’homme mystère qu’on ne voyait jamais mais dont je sentais la présence, soit mon père. Loin de moi de harceler ma chère Constance, je devins plus discret encore supposant qu’ils avaient besoin d’intimité pour s’aimer. Mais quelle cruelle déception lorsque je découvrit la vérité. Jamais elle ne pourrait épouser cet homme étrange puisqu’elle était employée par lui. Le pire restait à venir.

    La nuit où je le surpris le nez dans la nuque d’une jeune femme en train de boire goulûment son sang je devais comprendre que jamais mon rêve d’enfant ne se réaliserait. Jamais cet homme que j’appellerais désormais Daniel ne serait mon père. Jamais je n’aurais cette famille dont j’avais tant rêver. Comme pour me punir de l’avoir découvert, Daniel se montra ouvertement avec des jeunes femmes chaque nuit différentes. Le sang coulait à flot et je ne pouvait en supporter la vision. J’étais tellement horrifié que je me mis à le détester pour de mauvaise raison. Après tout c’est moi qui avait fait ce rêve, lui n’y avait pas participer, il n’avait pas essayer de me le briser, j’y étais parvenu tout seul par moi-même. Et Constance ne comprenait pas. Elle se montrait toujours aussi douce, et essayait de me calmer sans y parvenir. La vérité était-elle donc si difficile à supporter ?

    Que ce soit ce rêve d’enfant brisé ou l’ambiance devenue tendue, je décidais de quitter la demeure. Je laissais derrière moi mes regrets et mes déception. Curieusement, seul je m’en sortit mieux. Je gagnais ma vie grâce à de petits boulots, et je me plongeais dans des études guère passionnantes mais intéressantes. J’aimais les fêtes étudiantes, je tombais amoureux à chaque début d’année, et j’étais studieux. Je ne sais si c’est d’avoir manqué d’un père, mais à l’université je me trouvais toujours amoureux d’hommes qui se refusaient à moi, je me croyais invisible ou pas assez intéressant. Mon intelligence brillante pourtant attirait les filles autour de moi et les nulles qui espérait que je les aideraient pour qu’ils puissent avoir la fille qu’ils voulaient. Peut-être bien que parmi les garçons qui tournaient autour de moi, quelque uns étaient amoureux. L’un d’eux coucha d’ailleurs avec moi et en redemanda. Mais je ne les aimait pas, pas eux. Ceux qui me fallait c’était les inaccessibles.

    Finalement je devais revenir à la demeure de Daniel, revenir vers Constance. Ce fut avant la fin de mes études. Je rencontrait un véritable ange. Il était magnifique, tellement beau, et il me dit de rentrer chez moi. Comment avait-il deviné cette longue fugue ? Moi même j’avais oublié que j’avais un foyer qui m’attendait. Je rentrais sans regret ni nostalgie, seulement avec la peur d’apprendre un terrible accident, je craignais que Constance m’est quitté. Mais elle était là. Seulement, elle deviens plus froide avec moi, comme pour me punir. Ne m’accordant plus autant de temps. Ce fut Daniel qui devient plus proche mais je ne voulais pas qu’il soit là pour moi, je le détestait, encore une fois pour de mauvaise raisons. A chacune de nos rencontre, il fallait que je sois le plus infâme possible. A quoi il répondait bien souvent par l’intimidation du style : ‘je suis bien plus fort que toi, ne l’oublis pas, je peux mettre fin à ta vie lorsque j’en aurais le désir’ .

    Etait-ce ce que je voulais ? Qu’il mette fin à ma vie de manière brutale, si possible ? Je ne sais plus. A la fin nos rapports étaient devenu si acre. Nous n’espérions plus aucun amour entre nous, pourtant s’en était. Constance finit par mourir, dans le silence. Lorsqu’elle mourut, d’une maladie, je compris pourquoi elle m’avait amené dans la demeure d’un vampire, pourquoi elle m’avait laissé croire que ça pouvait être mon père. Cette maladie rare, je l’avais aussi. Je mourrais jeune moi aussi. Sauf si un vampire m’offrait une autre vie. Et je la détestais pour ce qu’elle m’avait fait. Je la haïssais. Sa tombe, elle ne fut jamais fleurie. Mais je répondit quand même à sa requête. Un jour, Daniel pus me transformer en vampire. Il ne le voulait pas évidemment. Du moins, il ne le voulait plus. Mais je l’y obligeais. Faire couler mon sang le rendrait fou et je le savais.

    Une fois transformé, je quittais la maison de Daniel. Que ce soit de la cruauté de quitter un vampire qui aurait tant voulu un compagnon ou que ce soit un besoin de voir ailleurs, de découvrir le monde, je partis. Daniel m’en voulu sûrement de le laisser, encore plus seul qu’il ne l’était avant que Constance décide de lui amener une victime offerte au nom de l’amour maternel. Mais je ne pouvais pas rester, pas avec cet être fragile, vivant reclus, et ne se nourrissant uniquement de femmes consentantes. J’avais besoin d’extérioriser toute cette violence que j’avais contenu jusque là. C’est sûrement pour cela que je devins un vampire aussi violent et aussi cruel. Je rencontrais le vampire Van Zan une dizaine d’années après ma transformation et ce fut une révélation. Il devint comme un père pour moi, le père que Daniel avait refusé d’être.

    Mais le plus beau jour de ma non-vie fut sans doute celui où je transformait Eleanore en vampire.


  • V. HOW WILL YOU REACT IF ...

    Voici quelques mises en situation. Terminez le début des phrases données ou répondez aux questions par la réaction que pourrait avoir votre personnage si il s'y trouvait confronté :
    Il n'y a pas de nombres de lignes minimum.

    1/ Vous êtes affamé, mais la seule victime en vue est un chasseur qu'il ne faut pas titiller ... Que faites-vous ?
    Les chasseurs sont mes proies préférés. J’aime leur endurance, le fait qu’il ne soit pas comme des poupées de chiffons entre mes doigts. Plus on me résiste, plus je vous désire. Les chasseurs ont pour moi un goût excellent, meilleur encore que les jeunes femmes innocentes et pures qui s’effarouchent en voyant mes grandes dents.

    2/ L'une de vos victimes vous supplie de l'épargner, quelle sera votre réaction ?
    J’adore lorsqu’elles me demandent de les épargner, j’adore lorsqu’elles se mettent à pleurer pensant ainsi m’émouvoir, lorsqu’elles lèvent sur moi leurs grands yeux embrumés, pensant que je pourrais les épargner. Ca me donne plus de cœur à l’ouvrage.

    3/ Un sorcier vous offre la possibilité de reprendre possession d'une vie humaine, qu'en faites-vous ?
    Je lui rie au nez. Ma vie de vampire me conviens parfaitement. Qu’importe quelle vie humaine il pourrait m’offrir, je n’y retrouverait pas la vie que je mène en tant que vampire, et sans Eleanore, a quoi bon ? Je ne sais en revanche à quel vitesse le dit sorcier va mourir… qui sait avec un peu de pitié pour lui, assez rapidement.

    4/ Vous êtes trahis par l'un des vôtres, comment réagissez-vous ?
    Ce que j’aime vraiment dans la vengeance, c’est que c’est un plat qui se mange froid. Mais, moi je le mange chaud. Très chaud. Presque brûlant. Personne ne peut espérer me trahir et s’en tirer. Je ne serais pas forcément cruel, mais c’est certain, je serais rapide et ça sera douloureux.

    5/ L'enfer c'est comme ... une nuit passée sans ma Eleanore.



  • VI. THE REAL ME :

    PRENOM / PSEUDO : Sophi@
    AGE : 20 ans
    AVATAR : Jesse Spencer
    PRESENCE MOYENNE SUR LE FORUM SUR 7 : J’essaie de faire mon maximum mais en ce moment je suis un peu occupée, cela dit la semaine qui va arriver, je serais plus dispo.
    COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE RPG ? De retour lol.
    DES SUGGESTIONS ? Si un design avec Adam et Eleonore !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rain Sheppard
[ ETERNAL ADMIN • ]
avatar

Nombre de messages : 196
GROUPE ? : Chasseurs
EMPLOI ? : Hunter *
HUMEUR ? : In Mood To Kill
Date d'inscription : 23/02/2008

IDENTITY CARD
Love ?: Vodka PLEASE !
Something to say about YOU ?:

MessageSujet: Re: .: A d a m . W h i t e . beautiful vampyr :.   Lun 31 Mar - 11:14

Mouarf re-bienvenue Smile
Puis re-validé ^^

_________________
[list]" Hey dude ! Want a little travel to Hell ? "
[/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://e-monsite.com/fr0zen
Adam White
[ ETERNAL ADMIN • ]
avatar

Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 30/03/2008

IDENTITY CARD
Love ?:
Something to say about YOU ?:

MessageSujet: Re: .: A d a m . W h i t e . beautiful vampyr :.   Lun 31 Mar - 21:27

Merci à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: .: A d a m . W h i t e . beautiful vampyr :.   

Revenir en haut Aller en bas
 
.: A d a m . W h i t e . beautiful vampyr :.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vladya, 18 ans. Vampyr omoisienne.
» 04. Happy Birthday, Cat.
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ?
» Nathaniel Apollon Grey ~ Narcissistic and beautiful, what else? {OK}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E T E R N A L S U N S H I N E :: A V A N T . D E . C O M M E N C E R :: LET ME INTRODUCE MYSELF :: WELCOME TO HELL HONEY-
Sauter vers: